Allaitement et cancer du sein

MADRID, 29 avr. (INFOSALUS) –

La relation entre l’allaitement d’un bébé après la grossesse et le cancer du sein n’est pas très bien documentée, il existe plusieurs études qui indiquent que l’allaitement est un facteur de protection contre le cancer du sein ; cependant, l’importance de la question conduit les chercheurs à rechercher d’autres preuves scientifiques.

Sachant que le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes dans les pays développés et en développement et que son incidence augmente dans les pays en développement en raison de l’allongement de l’espérance de vie, de l’urbanisation accrue et de l’adoption de modes de vie occidentaux,

Les experts recherchent des stratégies de prévention susceptibles de réduire les cas de cancer du sein, et les chercheurs de Kaiser Permanente HealthConnect travaillent dans ce sens. Selon leurs nouveaux travaux, les femmes diagnostiquées d’un cancer du sein qui avaient auparavant allaité leur bébé présentaient un risque global de récidive de 30 % inférieur.

En outre, les chercheurs ont vu que l’effet protecteur de l’allaitement était plus prononcé pour les tumeurs de certains sous-types génétiques, dont le plus fréquemment diagnostiqué de tous les cancers du sein.

Les travaux, publiés dans ‘Journal of the National Cancer Institute’, ont porté sur 1 636 femmes atteintes d’un cancer du sein qui ont rempli un questionnaire incluant l’historique de l’allaitement. Des données médicales supplémentaires ont été obtenues à partir de l’examen des dossiers médicaux et de Kaiser Permanente HealthConnect, un dossier médical électronique complet. « Il s’agit de la première étude connue à examiner le rôle des antécédents d’allaitement dans la récurrence du cancer et par sous-type de tumeur », note l’auteur principal, Marilyn L. Kwan, de la division de la recherche de Kaiser.

BÉNÉFICES DE L’ALLAITEMENT

Les chercheurs ont constaté des bénéfices de l’allaitement sur les résultats pour les femmes qui ont été diagnostiquées avec un cancer du sein de sous-type luminal A, alors qu’aucune association significative n’a été observée pour celles avec d’autres sous-types. Les tumeurs luminales A comprennent les tumeurs du sein à récepteurs d’œstrogènes positifs (ER+), qui sont les plus couramment diagnostiquées parmi tous les cancers du sein et qui sont moins sujettes aux métastases, traitables par hormonothérapie et ont généralement de meilleurs résultats.

En plus de la diminution du risque de récidive du cancer du sein, les femmes qui ont allaité étaient également 28 % moins susceptibles de mourir de la maladie. Ils soulèvent un certain nombre d’explications possibles pour expliquer pourquoi l’allaitement pourrait être associé à un meilleur pronostic une fois qu’une femme est diagnostiquée avec un cancer du sein.

« Les femmes qui allaitent sont plus susceptibles de développer le sous-type luminal A du cancer du sein, qui est moins agressif, et l’allaitement peut mettre en place un environnement moléculaire qui rend la tumeur plus réactive à la thérapie anti-œstrogène », suggère Kwan. Mais la raison pour laquelle les femmes qui allaitent développent des tumeurs moins agressives n’est pas tout à fait claire. »

« L’allaitement peut augmenter la maturation des cellules canalaires du sein, ce qui les rend moins sensibles aux carcinogènes ou facilite l’excrétion des carcinogènes, et se traduit par des tumeurs à croissance plus lente », explique un autre des auteurs principaux, J.. Bette Caan, scientifique principale à la division de la recherche de Kaiser Permanente.

Il est bien établi que l’allaitement maternel est excellent pour les bébés, selon Kwan, et la recherche montre qu’il a des avantages pour les mères aussi. « En fait, la protection était encore plus forte pour les femmes qui avaient des antécédents d’allaitement pendant six mois ou plus », conclut cet expert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *