Assemblée générale, Bachelet, Venezuela, COVID… Actualités du vendredi

Le pape appelle à la levée des sanctions internationales

Le pape François a appelé à l’assouplissement des sanctions internationales dans son discours devant l’Assemblée générale en tant que chef d’État du Vatican.

Dans son discours enregistré, le souverain pontife a également déploré « l’érosion du multilatéralisme » et le « climat de méfiance » qui règne dans le monde.

Face à la crise du coronavirus, le Pape rappelle que nous pouvons choisir entre deux voies : « celle qui conduit au renforcement du multilatéralisme » ou « celle qui privilégie les attitudes d’autosuffisance, de nationalisme, de protectionnisme », « laissant de côté les plus pauvres ».

« D’une crise, nous ne sortons pas les mêmes. Soit on s’en sort mieux, soit on s’en sort moins bien. La pandémie nous a montré que nous ne pouvons pas vivre les uns sans les autres ou pire, les uns contre les autres. »

Bachelet affirme que 700 jeunes sont morts au Venezuela cet été dans des opérations de sécurité

OCHA/Gemma Cortes
Dioximar Guevara vit avec ses cinq enfants à San Felix, un quartier pauvre de Puerto Ordaz, la principale ville de Bolivar, au Venezuela.

Michelle Bachelet a informé le Conseil des droits de l’homme de la situation au Venezuela, où, selon elle, plus de 700 jeunes sont morts entre juin et août à la suite d’opérations de sécurité.

La Haut-Commissaire aux droits de l’homme a ajouté que son bureau avait enregistré plus de 2 000 décès de ce type depuis le début de l’année.

L’ancienne présidente chilienne a également assuré qu’elle était « préoccupée par les décisions de la Cour suprême de justice, qui entravent la liberté de sélection des représentants de sept partis politiques, et la nomination non consensuelle des membres du Conseil électoral. »

« Il est crucial dans les mois à venir de protéger l’espace civique et démocratique et de poursuivre la libération de tous ceux qui continuent d’être privés arbitrairement de leur liberté pour avoir exercé leurs droits. J’appelle à continuer à travailler à la construction d’accords pour atteindre les conditions de développement de processus électoraux crédibles, libres, inclusifs et équitables. »

Bachelet a réitéré son appel à la levée des sanctions économiques pour faciliter l’allocation des ressources pendant la pandémie.

Les gouvernements d’Amérique latine s’engagent à continuer à soutenir les réfugiés et les migrants vénézuéliens

UNICEF/Santiago Arcos
Des migrants franchissent un poste frontière entre le Venezuela et Cúcuta (Colombie).

Les agences des Nations unies pour les migrants et les réfugiés ont salué les accords conclus par les gouvernements de 14 pays d’Amérique latine et des Caraïbes à la suite d’une réunion du processus de Quito, dans lesquels ils se sont engagés à continuer à soutenir les plus de quatre millions de réfugiés et de migrants du Venezuela dans la région.

Pour accroître le soutien de la communauté internationale aux gouvernements latino-américains, le Groupe des amis du processus de Quito, composé de la Suisse, des États-Unis, de l’Espagne, de l’Allemagne, du Canada et de l’Union européenne, a été officiellement créé. Ces pays fourniront une assistance technique et financière et contribueront à sensibiliser la communauté internationale à la crise. Au cours de l’événement, les Pays-Bas et la France ont rejoint l’initiative.

« Face à la reprise économique de notre région, il est essentiel d’œuvrer à l’intégration et à l’inclusion des réfugiés et des migrants dans les politiques et programmes de protection nationaux si nous voulons apporter une réponse adéquate et efficace qui nous favorise tous », a déclaré Eduardo Stein, représentant spécial conjoint du HCR et de l’OIM.

Éviter un autre million de décès dus au COVID19 ne dépend pas du vaccin

Photo ONU/Evan Schneider
Un patient arrive à l’hôpital Mount Sinai à New York.

L’Organisation mondiale de la santé appelle les pays à ne pas mettre tous leurs espoirs de contrôler la pandémie sur le vaccin et à utiliser les mesures disponibles dès maintenant pour sauver des vies.

Le directeur de l’organisation, le Dr Tedros Adhanon Gebreyesus, a exhorté les gouvernements à « ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier » et a rappelé que de nombreux pays ont réussi à contrôler l’épidémie avec les outils disponibles. « Vous ne pouvez pas sauver des gens aujourd’hui en promettant des vaccins qui sont encore à venir », a-t-il souligné.

Alors que le nombre de morts approche du million, les spécialistes ont insisté sur le fait que, si toutes les mesures ne sont pas prises, doubler ce nombre « n’est pas seulement imaginable, mais, malheureusement, très probable. »

« Le fait qu’un autre million de personnes meurent du coronavirus ne dépend pas du fait que nous ayons un vaccin ou non. Il dépend de notre capacité à mettre en œuvre les outils et les connaissances dont nous disposons aujourd’hui pour sauver des vies et prévenir la transmission. C’est aussi simple que cela. Si nous commençons à y penser en termes de vaccin, des personnes mourront inutilement et de manière inacceptable en attendant un vaccin. Nous ne devons pas attendre », a déclaré Bruce Aylward, conseiller principal de l’Organisation.

Télécharger et partager les nouvelles

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *