Avec une participation massive d’étudiants, la 8e Foire de la science et de la technologie a eu lieu à Osorno

Publié par DEC Santo Tomás le 28/08/2019

.

Science et technologie
Science et technologie
-.-

Avec environ 500 personnes, l’événement scientifique qui, année après année, réunit les principaux chercheurs de la ville d’Osorno a été inauguré. Le Prix national des sciences naturelles 2018, Fabian Jaksic, a donné le coup d’envoi de cette série de conférences.

« Pensez comme des scientifiques. Je ne parle pas d’apprendre la méthode scientifique ou de lire des tas et des tas d’articles. Il y a une façon d’affronter la vie qui consiste à penser scientifiquement et qui consiste, essentiellement, à distinguer si un certain effet provient d’une certaine cause », a déclaré le Dr Fabian Jaksic aux plus de 500 participants à l’ouverture de la Foire des sciences et des technologies 2019, parmi lesquels, principalement, des étudiants des établissements d’enseignement d’Osorno. Cet appel faisait partie de sa présentation « Biodiversité, services écosystémiques et changement global » avec laquelle le Prix national des sciences naturelles 2018 a marqué le premier jour de la manifestation scientifique.

Lors de sa présentation, le biologiste et docteur en zoologie, a évoqué la relation entre la biodiversité et les services écosystémiques et l’augmentation de la température de la planète. En ce qui concerne ce dernier point, il a mentionné plusieurs actions possibles, notamment la réduction de la consommation d’énergie matérielle et de la demande alimentaire, l’utilisation efficace de l’énergie, le remplacement des sources d’énergie, l’amélioration des pratiques agricoles pour réduire les émissions et l’utilisation de l’eau, et la protection de la biodiversité en tant qu' »éponge » naturelle pour les gaz à effet de serre.

Promouvoir la culture et la science

La 8e version de la Foire de la science et de la technologie est organisée par Santo Tomás, la municipalité d’Osorno et l’hôtel Sonesta et vise à faire connaître les travaux scientifiques aux écoliers et aux citoyens en général, grâce à des présentations de chercheurs éminents pour aborder des questions d’intérêt national et mondial.

« En tant qu’institutions de Santo Tomás, nous avons proposé de continuer à consolider notre engagement à faire de nos étudiants des professionnels de qualité, qui transcendent dans des domaines humains et professionnels aussi divers que la recherche, la sensibilisation de la communauté, la promotion de la science, la culture et le développement des personnes et de leur environnement », a déclaré le recteur de Santo Tomás, Osorno, Eugenio Larraín.

« Nous voulons semer l’intérêt pour la recherche »

Pendant l’événement, la Faculté des sciences sociales et des communications de l’Université de Santo Tomás a également organisé une conférence intitulée : « Territoires, emplois et citoyenneté : approches méthodologiques et empiriques des débats actuels ».

L’activité était divisée en trois tables rondes, au cours desquelles des universitaires de l’UST ont présenté leurs projets de recherche à des étudiants de différentes carrières de la faculté. Le premier bloc était orienté sur le thème « Identités et discours » et était dirigé par les universitaires de l’UST Nairbis Sibrian, Veronica Rubio et Pamela Caro. Le deuxième panel était intitulé « Outils d’intervention et d’évaluation dans différents contextes » et était animé par les chercheurs Felipe Rivera, Cinthia Vega et Alfredo Espinoza. Entre-temps, le dernier panel intitulé « Territoires et citoyenneté » a été suivi par les spécialistes des sciences sociales Daniel Valenzuela, Jorge Ulloa et Lorena Armijo.

« L’objectif de cette rencontre est que nos universitaires puissent partager leurs expériences en matière de projets de recherche et qu’ils puissent également s’écouter mutuellement. D’autre part, parmi les compétences que nous espérons que nos étudiants développeront, il y a les compétences de recherche. Nous voulons semer en eux un intérêt pour la recherche », a déclaré la doyenne de la Faculté des sciences sociales et de la communication, Macarena Lucar.

Le Chili comme laboratoire naturel

Le Centre de recherche et d’innovation sur le changement climatique (CiiCC UST) était également présent lors de la Foire avec la conférence  » Biomatériaux marins : économie circulaire et opportunités d’innovation scientifico-technologique « , par son directeur et docteur en écologie, Nelson Lagos.

Dans son intervention, le biologiste marin a souligné le potentiel du pays en tant que laboratoire naturel pour la recherche sur les exosquelettes des mollusques, en se référant à son projet CaroboNatLab du programme des anneaux de recherche scientifique et technologique du programme de recherche associatif du CONICYT, qui intègre la biomécanique, la biominéralisation et l’écophysiologie des mollusques.

Le projet permettra de dynamiser une économie circulaire en réutilisant ce biomatériau mis au rebut (coquillages marins) comme matière première pour remplacer divers produits. « Le carbonate comme biomatériau d’innovation, nous pourrions l’utiliser pour produire d’autres types de matériaux. Il y a des revues récentes qui montrent qu’ils ont des applications biomédicales, comme absorbant, dans la construction, les matériaux de haute technologie, comme supplément dans l’agriculture, il a beaucoup d’applications. »

Durant le deuxième jour de l’événement et devant des dizaines d’étudiants, le doyen de la faculté d’ingénierie de l’Université de Santo Tomas, Juan José Negroni, a présenté sur « les micro-réseaux et le CNR » et « comment nous pouvons générer de l’électricité à partir des mêmes villes, étant une contribution au réseau électrique national. »

Negroni a déclaré que « l’importance pour les étudiants d’être protagonistes de cet événement scientifique, est d’inculquer la notion que chaque fois que nous enquêtons et que nous perfectionnons les connaissances dans un point important de la science, plus l’arbre de la connaissance grandit. Il est très important que les jeunes comprennent qu’améliorer, étudier et comprendre l’équilibre naturel, aide au développement de la société et à comprendre l’autre. »

Concours scientifique scolaire

La foire, qui s’est déroulée pendant trois jours, deux à l’hôtel Sonesta et une journée itinérante dans les écoles urbaines et rurales, avait également des stands d’expériences et d’échantillons scientifiques des élèves, un planétarium mobile et des planesaurus 3D ; et une série d’ateliers, atteignant au total la participation de plus de 8 mille personnes dans cette 8ème version.

Un succès pour les organisateurs, qui ont précisé que ce salon se tient dans le cadre de la responsabilité sociale et éducative des universités, axée sur le domaine des sciences et des technologies.

Au cours de cette journée, s’est déroulé le concours scientifique scolaire, un concours qui a convoqué les élèves des écoles primaires et secondaires des établissements d’enseignement de la région de Los Lagos et Los Rios, et pour la première fois de Viña del Mar et Arica, pour qu’ils présentent leurs projets dans les domaines de la biologie, de l’astronomie, de la technologie et de la santé.

« Le concours scientifique a commencé comme le centre de cet événement et l’est resté. « Cette année, nous avons également eu 30 inscriptions, ce dont nous sommes très fiers », a déclaré Joseline Hipp, directrice du programme du baccalauréat et coordinatrice de la foire.

Parmi les lauréats figurent des représentants d’Arica et de Valparaiso, de Talca, d’Antofagasta et d’Osorno. Parmi les prix que les étudiants ont reçus, citons des stages au centre de recherche de Bahía Lomas, en Terre de Feu, des stages au laboratoire de neurosciences de l’université du Chili, des stages au centre de recherche sur le changement climatique de l’université Santo Tomás de Santiago, des stages au parc métropolitain et des excursions fascinantes sur la rivière Bueno.

Autres conférences

L’instance a réuni 11 intervenants de différents domaines liés à la science, dont les présentations du directeur du département de neurosciences de l’université du Chili, le Dr Pedro Maldonado, intitulées « Pourquoi je ne peux pas me chatouiller ? ». Questions sur le mystérieux cerveau humain » ; du directeur du Labnat Pilauco, le Dr Mario Pino, intitulé « Nouvelles découvertes dans les sites de Pilauco et Los Notros, Norpatagonia occidentale du Chili », de la directrice du Master en paléontologie de l’Universidad Austral de Chile, la Dr Karen Moreno « Paléo-empreinte digitale en Amérique : les humains et autres habitants », entre autres.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *