Canon littéraire

1117 mots 5 pages

Horreur de l’inceste
La vie des sauvages est une étape antérieure de notre propre développement culturel. Si cela est vrai, nous trouverons des concordances remarquables entre la psychologie du sauvage et celle du névrosé, et nous pourrons les comprendre sous un jour nouveau.
Freud prend l’exemple des véritables sauvages d’Australie. Ils sont régis par le totémisme : chaque clan a son totem, un ancêtre bienfaiteur et protecteur qui unit les membres plus que les liens du sang eux-mêmes. Dans chaque totem est toujours la règle de l’exogamie, n’étant pas permis le lien sexuel entre les membres du même clan totémique. Le totémisme et l’exogamie sont étroitement liés. Si quelqu’un viole la norme, toute la tribu le punit énergiquement comme si …see more…
Il y a des concordances entre les interdictions obsessionnelles névrotiques et les tabous, comme par exemple qu’ils sont également immotivés et d’origine énigmatique, et en plus imposés de l’intérieur du sujet. En outre, ils n’interdisent pas seulement une certaine action mais aussi la pensée même de la faire. Les patients obsessionnels se comportent comme si les personnes taboues étaient porteuses d’une maladie contagieuse, et par le biais de cérémonies, ils cherchent à annuler l’influence néfaste de ce qui est interdit. En résumé, les concordances sont au nombre de 4 : caractère non motivé, conviction interne, déplaçabilité (contagion) et actions cérémonielles.
Freud donne l’exemple de la personne qui a réprimé son plaisir au contact, créant ainsi un conflit (je souhaite toucher mais il est interdit de le faire, c’est tabou). Les interdits tabous sont ambivalents : dans l’inconscient, on aimerait les violer, mais en même temps, on a peur de le faire. Les interdictions-tabous les plus anciennes et les plus importantes sont les deux lois fondamentales du totémisme : ne pas tuer l’animal totem et éviter les rapports sexuels avec les membres du sexe opposé du même clan totem. Par conséquent, il devait s’agir des envies les plus fortes de l’homme, puisque la base du tabou est un acte interdit pour lequel il existe un intense penchant inconscient.
L’homme qui a violé un tabou devient lui-même tabou car il donne un mauvais exemple aux autres, qui doivent alors l’éviter. L’être humain qui a la tentation de violer ce qui est interdit, comme une femme par exemple, devient un tabou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *