C’est ce qu’a été la régate autour du monde en solitaire d’une jeune fille de 14 ans

Une jeune fille de 13 ans doit-elle faire une régate autour du monde en solitaire ? Il y a cinq ans, cette question a fait rage pendant des mois dans les médias de la moitié du monde. Bien que d’autres marins précoces aient déjà pris la mer pour faire le tour de la planète, le cas de Laura Dekker (Nouvelle-Zélande, 1995) a été le plus controversé en raison de l’âge de la jeune fille et des efforts de la justice néerlandaise pour empêcher le voyage. On a beaucoup écrit depuis sur le petit marin. Il est maintenant temps de voir comment s’est déroulé ce voyage.

Dekker n’a pas oublié de mettre dans son sac de voyage une caméra vidéo avec laquelle il racontait ses expériences. Ces images, ainsi que celles enregistrées par la réalisatrice débutante Jillian Schlesinger lors de certaines des escales effectuées par le marin, constituent le documentaire ‘Maidentrip’ qui est actuellement projeté dans plusieurs festivals de cinéma aux États-Unis.

C’est l’histoire d’une fille qui est née sur le bateau de ses parents alors qu’il était amarré en Nouvelle-Zélande. Elle a passé ses premières années sur le pont de ce voilier, naviguant de port en port. Et c’est ce que la petite Laura voulait refaire depuis qu’elle avait huit ans. Mais elle voulait le faire dans la plus stricte solitude.

À l’âge de 13 ans, elle annonce son intention de faire le tour du monde en solitaire. Un tribunal d’Utrecht a rapidement empêché la jeune fille de prendre la route et a même retiré momentanément la garde de Laura à son père, avec lequel elle vivait depuis le divorce de ses parents, en invoquant son manque d’expérience et l’obligation d’aller à l’école.

Il s’en est suivi une longue procédure judiciaire, les tribunaux obligeant Dekker à prouver ses compétences en matière de voile, à changer de bateau pour des plus grands et plus sûrs (elle a finalement sillonné les mers avec son Guppy, un ketch Jeanneau Gin Fizz de 11,5 mètres) et à rester en contact permanent avec l’école. La Néerlandaise a surmonté tous les obstacles et a finalement pu relever ce défi controversé. Mais même une fois le voyage commencé, les tribunaux ont compromis le défi de prouver son absentéisme scolaire.

Enfin, le 21 août 2010, Laura Dekker, déjà âgée de 14 ans, a navigué de Gibraltar aux îles Canaries, où il est resté plusieurs semaines afin d’esquiver la saison des ouragans. Elle a ensuite navigué jusqu’au Cap-Vert, traversé l’Atlantique jusqu’à l’île de Saint-Martin, les Caraïbes et le canal de Panama jusqu’aux îles Galapagos. Les Tonga, les Fidji, Bora Bora, l’Australie, l’Afrique du Sud et à nouveau St. Maarten ont constitué son itinéraire. Il lui a fallu 518 jours pour accomplir un voyage contre la montre, en faisant plusieurs arrêts pour se reposer, réparer les avaries du navire et s’imprégner d’autres cultures.

Après son aventure, Dekker est retourné dans sa Nouvelle-Zélande natale, où il travaille dans l’industrie du yachting, étudie pour obtenir un diplôme de capitaine et donne des conférences sur son expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *