C’est la tragédie qui cache le stade d’ouverture de la Coupe du monde

Le stade Loujniki, qui accueillera le match d’ouverture de la Coupe du monde en Russie, a une histoire de 61 ans marquée par le fait d’avoir été le site d’une avalanche humaine qui a fait au moins 66 morts lors d’un match de la Coupe de l’UEFA en 1982.

La tragédie s’est produite le mercredi 20 octobre 1982 lors d’un match de la défunte Coupe de l’UEFA entre le Spartak Moscou et le HFC Haarlem des Pays-Bas.

En ce mercredi d’automne frisquet, avec une température inhabituellement basse de -10 degrés Celsius, le Spartak a marqué le premier but à la 16e minute et a gardé l’avantage jusqu’à presque la fin du match.

Certains fans qui voulaient rentrer chez eux en raison des conditions météorologiques difficiles ont cherché la sortie peu avant la fin du temps de jeu et c’est alors que l’attaquant Sergei Shvetsov a marqué le deuxième but pour l’équipe locale.

Le but de Shvetsov a provoqué un embouteillage à l’une des sorties du stade entre ceux qui cherchaient à quitter le stade et ceux qui voulaient revenir pour se joindre à la célébration.

La mêlée a provoqué une avalanche humaine qui a coûté la vie à au moins 66 personnes, selon une enquête du journal The Guardian à l’occasion du 25e anniversaire de la tragédie.

« Cela aurait été mieux si je n’avais pas marqué », a déclaré Shvetsov après la tragédie, selon le site russe de journalisme sportif Futbolgrad.

Viktor Kokryshev, alors directeur de l’arène sportive du stade central Lénine, comme on appelait le Luzhniki dans les années soviétiques, a déclaré à Futbolgrad qu’au-delà du but, la véritable raison de la tragédie était que la police avait légèrement fermé les portes du stade pour filtrer et arrêter les fans qui leur jetaient des bouteilles vides pendant le match.

Le resserrement des barrières aurait été décisif dans la tragédie où les fans descendant des étages supérieurs ont fait pression sur ceux qui cherchaient désespérément la sortie. »

« Les gens sont descendus dans le passage inférieur par milliers, une situation qui, à tout moment, risquait de devenir critique », a détaillé Kokryshev.

Lire aussi : C’EST À QUOI ressemblera l’ouverture de la Coupe du monde de Russie 2018

Une tragédie étouffée

Pour les médias russes, la catastrophe de Luzhniki a été étouffée par le gouvernement soviétique et ce n’est qu’après 1989 que l’ampleur d’une tragédie où, selon des chiffres officieux, des centaines de personnes sont mortes, a été connue.

Yuri Panchikhin, directeur du stade, a été le seul à être emprisonné pour la tragédie avec une peine d’un an et demi, pour des erreurs dans la logistique du jeu, mais a été réduit au silence les actions présumées de la police et de toute autre personne impliquée dans les décès.

« Nous ne saurons probablement jamais qui est responsable de la tragédie », a assuré Futbolgrad, pour qui la seule vérité « est qu’au moins 66 personnes, dont de nombreux adolescents, sont allées voir un match de football et ne sont jamais revenues. »

L’ampleur de la tragédie à Moscou lors de cette triste victoire du Spartak a été définie par le journaliste sportif David Goldblatt comme « le Tchernobyl du football ».

Le chercheur a estimé dans sa publication « Le ballon est rond » que plus de 300 personnes sont mortes dans le stade, qui accueillera jeudi prochain le premier match de la première Coupe du monde organisée par la Russie de son histoire.

Maintenant, l’un des meilleurs stades du monde

Le Luzhniki, après les années de l’Union soviétique et avec sa tache indélébile sur l’histoire, reçoit la Coupe du monde, transformé en meilleur stade de la planète selon le portail spécialisé Stadium Data Base.

Le stade russe a été choisi comme stade de l’année 2017 pour avoir obtenu les meilleures notes en termes de valeur architecturale, de fonctionnalité et d’innovation. Il devance l’U Arena de Paris et le Mercedes-Benz Stadium d’Atlanta aux États-Unis dans le classement final.

Le Luzhniki, depuis la tragédie, a subi deux rénovations. La dernière d’entre elles a pris quatre ans, de 2013 à 2017, afin de laisser le stade prêt pour la Coupe du monde.

La FIFA a détaillé que les tribunes ont été rapprochées du terrain, sa capacité a été augmentée de 78 000 à 81 000 sièges et un écran géant a été adapté sur le toit.

La FIFA a également noté que le principal stade de la Coupe du monde a accueilli les Jeux olympiques d’été de 1980 et la finale de la Ligue des champions de l’UEFA de 2008, lorsque Manchester United a remporté le titre aux tirs au but contre Chelsea.

« 360 millions de personnes ont assisté aux événements qui s’y sont déroulés au cours de ses 61 ans d’histoire », a déclaré la FIFA dans un rapport sur les stades de la Coupe du monde.

Le stade accueillera sept matches de la Coupe du monde. Il accueillera, outre le duel d’ouverture entre la Russie et l’Arabie saoudite et la finale, une demi-finale, un match de huitième de finale et les matchs du premier tour Allemagne contre Mexique, Portugal contre Espagne et Danemark contre France.

Le Luzhniki, transformé en meilleur stade, est prêt pour le plus grand événement du football.

En partenariat avec Anadolu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *