Congrès (Français)

Description du cas : Patiente, femme de 31 ans, qui a consulté pour présenter depuis 48 heures, après un effort en soulevant, une douleur intense au niveau de la région pubienne droite. La patiente elle-même le définit comme un « serrement ». Elle n’a pas présenté de fièvre. Elle a signalé une sensation de nausée, sans vomissement. Elle n’a pas présenté d’altération des habitudes intestinales, à l’exception d’une constipation au cours des derniers jours. Elle ne présentait pas de syndrome mictionnel. Le patient a été opéré l’année dernière d’une hernie inguinale droite par hernioplastie inguinale avec le système UltraProHernie. L’évolution postopératoire immédiate était favorable. Cependant, elle a été adressée trois mois plus tard au service de chirurgie générale en raison de la présence d’une légère gêne au niveau du tractus inguinal. Elle a été évaluée et a subi une échographie au cours de laquelle seuls des résultats compatibles avec une fibrose dans la région ont été observés. Comme antécédents personnels, le patient n’avait pas d’allergies médicamenteuses connues. Elle fumait 12 paquets par an. Elle n’avait pas d’autres antécédents médicaux intéressants. Sauf qu’il a été opéré il y a un an pour une hernie inguinale droite.

Exploration et examens complémentaires : Le patient était en bon état général, conscient, orienté et coopératif. Bien hydraté et parfumé. L’auscultation cardio-pulmonaire était rythmique et sans murmure, à 65 battements par minute. Le murmure vésiculaire a été préservé sans bruits pathologiques. La saturation était de 99%. L’abdomen était mou et dépressible, sans masses ni mégalithes, non douloureux à la palpation. Bloomberg et psoas négatifs. Au niveau du tractus inguinal droit, dans la région pubienne droite, une tumeur ou une masse a été observée. Les manifestations cliniques étaient exacerbées par la toux, et l’examen était très douloureux. Le reste de l’examen était sans particularité. Des tentatives de réduction de l’hernie ont été faites, sans succès. Étant donné la suspicion de strangulation, elle a été envoyée à l’hôpital de référence pour une évaluation. Les examens complémentaires suivants ont été effectués : numération globulaire complète, biochimie et coagulation étaient normales. Radiographie de l’abdomen en position debout, sans résultat. CT scan abdominal montrant un meshoma. On lui a diagnostiqué un meshoma inguinal et il a été excisé. Le patient a évolué de manière satisfaisante dans la période postopératoire, sans fièvre, sans nausée ni vomissement. La douleur a été contrôlée avec l’analgésie habituelle. Actuellement asymptomatique.

Juge clinique : Meshoma.

Diagnostic différentiel : hernie récidivante, infection du maillage herniaire, troubles du plexus lombo-sacré, autres troubles neuropathiques.

Commentaire final : La hernioplastie est une intervention très courante dans la pratique quotidienne. Il est donc essentiel pour un médecin de premier recours de connaître les complications possibles de cette maladie. Le méshome est la maille prothétique pliée, fomentant une bosse étant une cause d’inguinodynie.

BIBLIOGRAPHIE

1. Amid PK, Hiatt JR. Nouvelle compréhension des causes et du traitement chirurgical de l’inginodynie et de l’orchalgie postherniorraphiques. J Am Coll Surg. 2007;205:381-5.

2. Au milieu de PK. Images radiologiques du meshoma : un nouveau phénomène causant des douleurs chroniques après la réparation prothétique des hernies de la paroi abdominale. Arg Surg. 2004;139:1297-8.

3. Lange JF, Kauffman R, Wissmuller AR, Piere JP, Ploeg RJ. Un algorithme de consensus international pour la gestion de la douleur inguinale chronique postopératoire. Hernia. 2015;19:33-43.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *