Contrat avec engagement de revente

Home > Blog

10 octobre 2018

8.74k

Facebook Twitter LinkedIn Google+ Pinterest WhatsApp Email Copier le lien Votre navigateur ne prend pas en charge la copie automatique, veuillez sélectionner et copier le lien dans la zone de texte, puis le coller là où vous en avez besoin.

Le contrat avec accord de revente, fait référence à un accessoire juridique commercial nommé et typique, puisqu’il est développé dans l’article 1939 du code civil colombien, qui cite ce qui suit « Par l’accord de revente, le vendeur se réserve le droit de récupérer la chose vendue, en remboursant à l’acheteur le montant déterminé pour être stipulé, ou en l’absence de cette stipulation ce que l’achat lui a coûté ».
Ce qui précède indique que le pacte de revente est accessoire au contrat de vente, c’est-à-dire que le pacte de revente est conclu une fois qu’il y a le contrat principal de vente, où les principales obligations sont les suivantes :
L’acheteur à travers le pacte doit restituer la chose vendue avec l’accessoire du bien, et doit également indemniser le vendeur pour le dommage que sa faute a subi la chose et en se rappelant que dans la responsabilité civile contractuelle la faute est présumée.
Ce qui en effet doit prouver le demandeur sera les éléments du dommage et le lien de causalité, donc ce que cet accord cherche est de résoudre le contrat de vente, puisque le vendeur se réserve le droit de récupérer le domaine de la chose au moment de retourner à l’acheteur le prix fixé dans le contrat.

Par exemple

XX comme « vendeur » vend un appartement à YY comme « acheteur », résultant que XX a besoin d’un montant d’argent et l’appartement est le seul actif que vous avez. Ainsi les choses un contrat de vente est célébré avec accord de retroventa, avec l’objet que XX qui est le vendeur peut précédemment annuler le montant et ainsi récupérer la propriété et la domination de l’appartement qui a vendu à YY.

Donc, le pacte de revente peut être considéré comme une sûreté ou ressembler à un contrat de gage, car ce qu’il vise de la part du vendeur, c’est de réincorporer le bien à son patrimoine et de la part de l’acheteur, d’avoir une garantie réelle que tant que la dette n’est pas payée la propriété de la chose ou du bien objet du contrat de vente ne peut être restituée.

Particulièrement ce pacte de revente en raison de la fonction sociale du contrat, a l’empêchement de ne pas être cédé par l’une des parties.

Que dit la doctrine ?

Doctrinalement, le pacte de rachat a été considéré comme une garantie immobilière, étant entendu que selon l’article 3 de la loi 1676 de 2013, il est indiqué :
« toute opération qui a pour effet de garantir une obligation avec les biens meubles du garant et comprend, entre autres, les contrats, pactes ou clauses utilisés pour garantir les obligations relatives aux biens meubles, (…) et toute autre forme envisagée dans la législation antérieure à la présente loi ». »
En vertu de ce qui précède, le vendeur pour rendre effectif le pacte de revente à l’encontre de l’acheteur, dispose d’un délai de quatre ans, période au cours de laquelle l’acheteur aura le droit de :

  1. Recevoir la valeur convenue plus les frais d’entretien de la chose vendue, en relation avec le troisième alinéa de l’article 1941 du code civil.
  2. L’acheteur peut conserver le bien après la demande de revente, jusqu’au paiement intégral du prix établi entre les parties.
  3. L’acheteur doit être informé 15 jours à l’avance, afin que le vendeur puisse récupérer la chose objet du contrat de vente.
  4. L’acheteur peut disposer à sa guise de la chose vendue, si le vendeur n’exerce pas l’action en revendication, dans le délai de quatre ans et aux conditions convenues, pour disposer du bien, sans être obligé de donner un préavis au vendeur.

Enfin, ce pacte de nature accessoire ne doit pas être confondu avec d’autres types de contrats tels que les mutuelles, afin d’éviter les intérêts correspondants, il est donc nécessaire d’éviter les confrontations de nature juridique, précédemment conseillé de définir la figure juridique à utiliser dans l’entreprise juridique que vous voulez célébrer.

8.74k

Facebook Twitter LinkedIn Google+ Pinterest WhatsApp Email Copier le lien Votre navigateur ne prend pas en charge la copie automatique, veuillez sélectionner et copier le lien dans la zone de texte, puis le coller là où vous en avez besoin.

Ne manquez pas nos articles les plus lus

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *