Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) – République de Corée

Foyer épidémique
25 octobre 2015

Le 12 octobre 2015 , le point focal national RSI de la République de Corée a fait le point sur un cas d’infection par le MERS-CoV signalé précédemment. Le patient, qui était sorti de l’hôpital le 3 octobre après deux PCR négatives consécutives pour le MERS-CoV, a été réadmis avec de la fièvre le 11 octobre et a été testé positif pour le MERS-CoV le jour suivant.

Détails du cas

Le patient, un homme de 35 ans avec des conditions comorbides, a développé des symptômes le 11 octobre et s’est présenté dans un hôpital et a été transféré dans un autre hôpital où il a été placé en isolement. Il a été testé positif au MERS-CoV le 12 octobre et son état s’est amélioré le 14 octobre. Ses contacts domestiques et de soins de santé sont en cours de traçage.

Le patient a les antécédents suivants : le 27 mai, il a été exposé à un cas confirmé d’infection par le MERS-CoV. Le 6 juin, il a été isolé dans un hôpital et a été testé positif au MERS-CoV le jour suivant. Le 3 juillet, il a été transféré dans un autre hôpital pour y être isolé. Le 3 octobre, il est sorti de l’hôpital après que deux tests consécutifs effectués le 1er octobre se sont révélés négatifs pour le MERS-CoV.

À ce jour, 186 cas d’infection par le MERS-CoV ont été recensés en République de Corée, dont 36 mortels.

Situation mondiale

À l’échelle mondiale, depuis septembre 2012, l’OMS a été informée de 1595 cas confirmés d’infection par le MERS-CoV, dont 571 mortels.

Conseils de l’OMS

Compte tenu de la situation actuelle et des informations disponibles, l’OMS encourage tous les États membres de l’OMS à maintenir la surveillance des infections respiratoires aiguës sévères et à examiner attentivement tous les cas inhabituels.

Les mesures de prévention et de contrôle de l’infection sont essentielles pour empêcher la propagation potentielle du MERS-CoV dans les établissements de soins. L’identification précoce des patients infectés par le MERS-CoV n’est pas toujours possible car les symptômes ne sont pas spécifiques, comme pour les autres infections respiratoires. Par conséquent, les prestataires de soins de santé doivent appliquer les précautions générales à tout moment et chez tous les patients, quel que soit le diagnostic.

En outre, des précautions contre la transmission de gouttelettes doivent être prises lors des soins à tout patient présentant des symptômes d’infection respiratoire aiguë ; dans le cas d’un cas confirmé ou probable d’infection par le MERS-CoV, il convient d’ajouter des précautions de contact et une protection oculaire. Des précautions contre la transmission par voie aérienne sont indiquées lors de la réalisation de procédures générant des aérosols.

En attendant de nouvelles connaissances sur le MERS-CoV, il faut considérer que les personnes atteintes de diabète, d’insuffisance rénale, de maladie pulmonaire chronique et d’immunosuppression présentent un risque élevé de maladie grave après une infection par le MERS-CoV. Des mesures d’hygiène générale, comme le lavage régulier des mains, doivent être prises.

L’OMS reste vigilante et continue de surveiller la situation. En l’absence de preuves d’une transmission interhumaine durable dans la communauté, l’OMS ne recommande pas de mesures spéciales aux points d’entrée ou de restrictions aux voyages ou au commerce en rapport avec cet événement.

Les autorités de santé publique des pays qui se préparent à des rassemblements de masse doivent s’assurer que les recommandations et les orientations de l’OMS sur le MERS-CoV ont été prises en compte et communiquées à tous les responsables concernés. Ils doivent également veiller à ce que leurs systèmes de santé soient en mesure d’accueillir les personnes participant à ces rassemblements de masse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *