El Confidencial (Français)

Lawrence Stroll a élaboré un plan pour qu’Aston Martin investisse quelque 223 millions d’euros dans l’équipe de Formule 1 au cours des cinq prochaines années. Le magnat canadien, père du pilote Lance Stroll, travaille toujours d’arrache-pied pour permettre à Aston Martin de se permettre cet investissement de plusieurs millions d’euros dans l’équipe de F1 avec un plan clair : être parmi les meilleurs dans trois ans. Aston Martin reprendra le nom et l’image de Racing Point et reviendra sur la grille de la F1 en 2021 après l’investissement réalisé par Stroll lui-même et son consortium, qui ont profité de la mauvaise dynamique boursière de la marque (ses actions se sont effondrées en 2019).

Rappelons que le consortium dirigé par Stroll a pris un pourcentage des actions d’Aston Martin fin janvier en échange de près de 223 millions d’euros, dans une opération qui a pratiquement sauvé l’entreprise de la faillite. Il a également contribué à lever près de 600 millions d’euros pour Aston Martin Lagonda et a pris une participation qui est passée à 25 %. Dans ce pacte, il a inclus un « accord de parrainage » jusqu’en 2025, qui pourrait être prolongé de cinq années supplémentaires avec un investissement financier qui pourrait atteindre 223 millions d’euros. Un saut important à leurs intentions dans le grand cirque, mais qui se heurte à la situation actuelle de la marque.

Un investissement autorisé ?

Les chiffres ne s’additionnent toujours pas dans la firme britannique, puisque l’année précédente a été une perte de 116 millions d’euros. Et pour les seuls trois premiers mois de 2020, les pertes se sont élevées à 133 millions d’euros. Bien sûr, la crise du coronavirus a joué un rôle majeur dans les chiffres de cette année. Aston Martin a dû prendre des mesures pour stabiliser sa situation financière après que des craintes de manque de capitaux se soient fait jour.  » Compte tenu des procédures de levée de fonds, la société est d’avis que le groupe ne dispose pas d’un fonds de roulement suffisant pour faire face aux besoins des 12 prochains mois « . Cela est dû à l’influence accrue de la covid-19 et à l’incertitude permanente et inexplicable qu’elle a créée et continuera de créer. »

En raison de la situation de la marque, tout portait à croire que ce serait plus un nom qu’un investissement qui pourrait venir à l’équipe. Mais l’accord de Stroll comportait également une injection de capital de 378 millions d’euros. À l’avenir, Aston Martin ne sera probablement pas une équipe comme Alfa Romeo, dans laquelle la marque n’a pratiquement aucune implication, mais elle ne sera pas non plus Ferrari. Bien que ce nouveau plan ambitieux le rapproche du  » statut  » à Maranello.

Lawrence Stroll a tout de même sa propre idée pour investir quelques millions cool dans l’équipe de Formule 1. Étant donné le lien commun entre les investisseurs d’Aston Martin et de Racing Point, il est possible que le niveau d’investissement dans l’équipe reste le même, mais qu’il se fasse par le biais de la marque britannique plutôt que par l’injection directe d’actionnaires. Quoi qu’il en soit, cela indique à quel point les deux entreprises peuvent être étroitement liées et souligne l’authenticité de l’équipe de F1 Aston Martin en tant que projet.

Lawrence Stroll dirige le projet de Formule 1 d’Aston Martin. (EFE)

Un plan pour être parmi les meilleurs

Stroll a déjà réitéré l’importance du projet F1 dans le plan de redressement d’Aston Martin lors de l’annonce des chiffres troublants du premier trimestre de l’entreprise. « À partir de l’année prochaine, nous aurons également le grand avantage d’avoir notre propre équipe de Formule 1, ce qui nous donnera une importante plateforme marketing mondiale pour renforcer notre marque et interagir avec nos clients et partenaires dans le monde entier », a déclaré Stroll. « Nous revigorerons progressivement nos initiatives et programmes marketing sur nos marchés principaux à mesure qu’ils émergeront des premiers stades de l’environnement covid-19. »

Il a également été rapporté que Stroll est prêt à faire venir le PDG de Mercedes-AMG, Tobias Moers, pour remplacer Andy Palmer, directeur général d’Aston Martin depuis octobre 2014. Et Toto Wolff a déjà fait sa part en conseillant à Stroll d’acheter l’équipe. Ainsi, après un premier pas avec Red Bull en F1, Mercedes va maintenant jouer un rôle clé dans l’évolution du projet. La société mère de Mercedes, Daimler, possède une petite participation dans Aston Martin et fournit des moteurs pour ses monoplaces.

Le plan, dans trois ans, est de se mêler de la lutte pour les podiums et les victoires contre les grandes équipes de Formule 1. « C’est probablement un plan de trois ans pour nous. L’usine aura besoin de quelques années, et recruter les bonnes personnes prend ce temps. Pendant cette phase de transition, nous ne serons pas là où nous voulons être, nous devrons travailler ensemble », a déclaré Szafnauer au site officiel de la F1. « Chaque année, nous devrions nous améliorer, nous ne devrions jamais faire un pas en arrière. Notre objectif est d’être dans le top 3, d’être compétitif et d’avoir une chance de gagner des courses ou de terminer régulièrement sur le podium », a-t-il remarqué. « Même si nous ne sommes pas dans les trois premiers, il faut au moins rivaliser au niveau où se trouvent actuellement les trois premiers. Ce serait un succès pour nous », a-t-il conclu.

Pour Aston Martin, ce n’est pas la première fois en F1. Son histoire en tant qu’équipe est très courte. C’était lors de la saison 1959, la marque britannique participant à quatre des neuf courses de l’année. Puis en 1960, ils en ont disputé un autre, le Grand Prix de Grande-Bretagne, mais dans aucune des cinq courses ils n’ont marqué de points. Ce deuxième passage semble prendre un chemin très différent du passé, grâce en partie à la main de Lawrence Stroll.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *