FLAGYL comprimé pelliculé 500 mg

Mécanisme d’actionMétronidazole

Anti-infectieux antibactérien et antiparasitaire, éventuellement par interaction avec l’ADN.

Indications thérapeutiques et posologieMétronidazole

Orale (pendant le repas):
– Lambliase (Giardiase). Patients > 10 ans : 2 g/jour, 3 jours ou 400 mg 3 fois/jour, 5 jours ou 500 mg 2 fois/jour, 7-10 jours ; 7-10 ans : 1 g/jour, 3 jours ; 3-7 ans : 600-800 mg/jour, 3 jours ; 1-3 ans : 500 mg/jour, 3 jours. Exprimé en s.c. : 15-40 mg/kg/jour en 2-3 doses.
– Amibiase intestinale et hépatique. Patients > 10 ans : 400-800 mg 3 fois/jour ; 7-10 ans : 200-400 mg 3 fois/jour ; 3-7 ans : 100-200 mg 4 fois/jour ; 1-3 ans : 100-200 mg 3 fois/jour. Durée du traitement Durée du traitement : 5 à 10 jours. Exprimé en c.s. : 35-50 mg/kg/jour en 3 prises, sans dépasser 2,4 g/jour.
– Infection anaérobie. Ads. : 500 mg/8 h. Enfants > 8 sem – 12 ans : 20-30 mg/kg/jour en dose unique ou 7,5 mg/kg/8 h, 7 jours. Enfants < 8 semaines : 15 mg/kg/jour en dose unique ou 7,5 mg/kg/12 h.
– Trichomonase urogénitale. Ads. et adolescents : 2 g en une seule prise ou 200 mg 3 fois/jour, 7 jours ou 400 mg 2 fois/jour, 5-7 jours. Enfants < 10 ans : 40 mg/kg en une seule dose ou 15-30 mg/kg/jour en 2 ou 3 doses pendant 7 jours. Max 2 g/jour.
– Vaginose bactérienne. Adolescents : 400 mg 2 fois/jour pendant 5 à 7 jours ou 2 g en une seule prise.
Perfus. IV (30-60 min):
– Infection par des bactéries anaérobies : Bacteroides, Fusobacteria, Eubacteria, Clostridium et Streptocoques anaérobies. Publicités et enfants > 12 ans : 500 mg/8 h, max 7 jours. Enfants > 8 wk-12 ans : 20-30 mg/kg/jour en dose unique ou 7,5 mg/kg/8 h, 7 jours. Enfants < 8 semaines : 15 mg/kg/jour en dose unique ou 7,5 mg/kg/12 h.
– Prévention de l’infection postopératoire par les bactéries anaérobies, en particulier les Bacteroides et les Streptocoques anaérobies. Publicités et enfants > 12 ans : 500 mg en préopératoire ou 1,5 g en une dose avant, pendant ou après l’intervention chirurgicale. Chirurgie colorectale : 500 mg/8 h pendant 24 h, en commençant avant l’intervention, prolonger de 3 à 5 jours en cas de perforation des viscères creux ou d’appendicite gangreneuse. Enfants > 8 wk- 12 ans : 20-30 mg/kg en dose unique 1 à 2 h avant la chirurgie. Nouveau-nés < 40 semaines : 10 mg/kg en dose unique avant l’intervention chirurgicale.

Mode d’administrationMétronidazole

Oralement, à prendre pendant les repas.

ContraindicationsMétronidazole

Hypersensibilité aux imidazoles.

Mises en garde et précautions d’emploiMétronidazole

Réduire la dose, en l’absence de dialyse, et surveiller le taux des métabolites sériques ; encéphalopathie hépatique ; SNC ou SNP aiguë ou chronique sévère, risque d’aggravation neurologique ; si la prolongation du traitement est nécessaire, évaluer le bénéfice/risque, réaliser des examens hématologiques, en particulier la numération des globules blancs, et surveiller le risque de neuropathies centrales ou périphériques ; assombrir les urines ; effet antabuse avec l’alcool, éviter ; évaluer l’utilisation en cas de traitement prolongé ; risque d’insuffisance hépatique en association avec d’autres antibiotiques ; risque de thrombophlébite (voie IV) et de surinfections par des micro-organismes non sensibles ; cas d’hépatotoxicité sévère et d’I.H. rapportés (dont un patient d’évolution fatale). (dont un patient avec une issue fatale), chez les patients atteints du syndrome de Cockayne : ne pas administrer sauf si aucune alternative thérapeutique n’est disponible (en cas d’administration définitive, surveiller étroitement la fonction hépatique et si une insuffisance hépatique est détectée, arrêter le tto.).

Influence hépatiqueMétronidazole

Précaution en cas d’encéphalopathie hépatique.

Influence rénaleMétronidazole

Précaution. Il est conseillé de réduire la dose, en l’absence de dialyse, et de surveiller le taux de métabolites sériques.

InteractionsMétronidazole

Voir Préc. En outre :
Réaction psychotique avec : disulfiram (arrêter 2 semaines avant le traitement), alcool.
Réduit le métabolisme hépatique et potentialise l’effet de : anticoagulants oraux (ajuster la dose et surveiller le temps de prothrombine).
Augmente le taux plasmatique de : lithium (surveiller le taux de lithium, la créatinine et les électrolytes) ; ciclosporine (surveiller la créatinine et le taux plasmatique) ; busulfan (toxicité sévère).
Augmente l’élimination et diminue le taux plasmatique de : phénytoïne, phénobarbital, cimétidine.
Réduit la clairance et augmente la toxicité de : 5-Fluorouracil.
I.V. : administration simultanée mais séparée des autres anti-infectieux pour éviter toute incompatibilité chimique.
Lab : faux négatif sanguin ALT, AST, LDH, triglycérides, glucose.

GrossesseMétronidazole

Le métronidazole traversant la barrière placentaire et les données disponibles étant insuffisantes pour établir la sécurité de son utilisation pendant la grossesse, les risques/bénéfices potentiels de son utilisation doivent être soigneusement évalués.

LactationMétronidazole

Le métronidazole est excrété dans le lait maternel et une administration inutile doit être évitée pendant la lactation.

Effets sur l’aptitude à la conduiteMétronidazole

Si l’un des symptômes suivants apparaît, s’abstenir de conduire ou d’utiliser des machines : confusion, vertiges, hallucinations, convulsions ou troubles oculaires.

Effets indésirablesMétronidazole

Douleurs épigastriques, nausées, vomissements, diarrhée, mucite buccale, troubles du goût, anorexie, pancréatite (réversible), décoloration de la langue/langue poilue ; œdème de Quincke, choc anaphylactique ; neuropathie sensorielle périphérique, céphalées, convulsions, vertiges, encéphalopathie, syndrome cérébelleux aigu, méningite aseptique ; trouble psychotique, confusion, hallucination, comportement dépressif ; troubles visuels transitoires, neuropathie optique, névrite ; agranulocytose, neutropénie, thrombocytopénie ; augmentation des enzymes hépatiques (AST, ALT, phosphatase alcaline), hépatite cholestatique ou mixte et lésions hépatocellulaires, insuffisance hépatique ; éruption cutanée, prurit, bouffées vasomotrices, urticaire, éruptions pustuleuses, syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique ; fièvre.

Vidal VademecumSource : Le contenu de cette monographie de principe actif selon la classification ATC, a été rédigé en tenant compte des informations cliniques de tous les médicaments autorisés et commercialisés en Espagne classés dans ce code ATC. Pour connaître en détail les informations autorisées par l’AEMPS pour chaque médicament, vous devez consulter la fiche technique correspondante autorisée par l’AEMPS.

Monographies des principes actifs : 22/11/2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *