Grossesse : les dangers des soins de beauté

162
162

Lorsqu’elles entament un traitement de beauté, les femmes enceintes doivent prendre différentes précautions, car il existe de nombreuses contre-indications concernant les effets qu’ils peuvent avoir sur le fœtus.

En général, la plupart des traitements ne sont pas autorisés pendant la grossesse. Bien qu’aucune étude scientifique ne prouve leur innocuité, ils sont contre-indiqués en cas de doute. Au contraire, il y a d’autres produits vraiment prouvés qui génèrent des dangers pendant la phase de développement d’un bébé, donc l’interdiction a une caution scientifique.

Irene Bermejo, membre de la Société argentine de dermatologie, explique : « Quand une femme enceinte arrive, l’essentiel est de toujours respecter les critères de l’obstétricien, qui en général sont absolument prudents ».

« Une femme enceinte doit faire attention quand elle achète un produit de beauté comme n’importe qui d’autre. En tant que professionnel, on essaie de ne pas les agresser, de ne pas les mettre en situation d’endommager la peau. Il faut se rappeler que la grossesse est un processus inflammatoire. Les femmes enceintes sont beaucoup plus sensibles, plus ouvertes à l’eczéma et aux allergies « , ajoute-t-il.

Avant de commencer tout traitement, il est toujours conseillé de parler à l’obstétricien et d’inclure parmi les études de routine nécessaires pour savoir si la femme enceinte a un diabète gestationnel ou si vous avez une toxémie ou une prééclampsie. Les personnes qui souffrent d’une pression artérielle élevée, d’hypertension ou de problèmes rénaux ou vésicaux ne doivent pas être traitées. En outre, l’une des mesures préventives les plus couramment utilisées consiste à attendre le deuxième semestre pour subir tout type de traitement.

162
162

Les massages sont toujours une bonne façon de commencer un traitement de beauté. La plupart des centres esthétiques ou spécialisés les utilisent, car – réalisés par des professionnels – ils ne présentent aucune contre-indication. Ils peuvent être anti-stress, sur le cou ou les épaules, les jambes, la tête et les pieds.

« Les femmes enceintes peuvent faire plusieurs types de traitements de beauté, sauf les traitements au laser et faire attention à certains composants des produits cosmétiques. Elles peuvent faire un nettoyage du visage, un peeling ou appliquer des crèmes de beauté avec de l’acide glycolique », explique Bermejo.

Les teintures : uniquement celles qui sont sans ammoniaque et après la période d’organogenèse (formation du bébé), c’est-à-dire après la 12e semaine de grossesse. Le mythe de l’interdiction absolue remonte à une époque où toutes les teintures étaient fabriquées avec de l’ammoniaque et il est absorbé par les vaisseaux sanguins du cuir chevelu, puis distribué par la circulation générale, traverse le placenta et est toxique pour le bébé.

Drainage lymphatique manuel : Cette technique est réalisée avec les mains par des mouvements très doux, lents et répétitifs qui favorisent la circulation de la lymphe, améliorant ainsi les tableaux œdémateux, les gonflements et la rétention organique de liquides. Il ne doit être pratiqué qu’après la 12e semaine de grossesse, sauf si la femme souffre d’une maladie chronique comme des varices ou une altération de la circulation lymphatique.

Massages réducteurs : S’ils sont autorisés les massages descontracturantes, ce n’est pas le cas des réducteurs car les crèmes utilisées sont contre-indiquées pendant la grossesse.

La lumière pulsée : elle est utilisée pour résoudre certains problèmes de peau tels que les poils superflus, les taches sombres, les angiomes ou les varicosités et le vieillissement de la peau.

« Vous ne pouvez pas faire de la lumière pulsée ou tout traitement au laser par précaution. Il n’y a pas encore d’études concluantes contre ces techniques ou qu’elles peuvent causer quoi que ce soit chez le bébé, mais il n’y a pas d’études qui assurent qu’elles sont complètement sûres », dit Bermejo.

162
162

Le défrisage définitif : il n’est pas autorisé, car le formaldéhyde est toxique. En théorie, il n’entre pas en contact avec le cuir chevelu, mais l’inhalation de ses vapeurs ou tout accident dû à un déversement serait risqué pour le bébé.

Épilation définitive : L’épilation définitive est interdite pendant la gestation car aucune étude sérieuse ne prouve l’innocuité du laser sur le fœtus.

Crèmes anti-vergetures : Elles sont contre-indiquées, car en général dérivées du rétinol et de l’acide salicylique, deux substances à risque pour le bébé.

Acide rétinoïque ou rétinol : On le trouve dans différents types de crème, du rajeunissement, pour éliminer les imperfections de la peau, dans les peelings chimiques ou l’acné, entre autres.

« Il est interdit dans les trois premiers mois de la grossesse par les doutes qu’il y a une absorption. Il est étudié que ce dérivé de la vitamine A pris par voie orale peut provoquer des malformations, donc il est évité, mais il n’y a rien de prouvé que la crème avec rétinoïque peut donner les mêmes malformations,  » explique Bermejo.

Petrolat : Ce sont des produits pétroliers, sont obtenus à partir de résidus de la distillation de l’huile qui reste après l’évaporation de la même.

 » Il y a des études qui montrent que les dérivés du pétrole sont cancérigènes. En ce sens, la recommandation ne concerne pas seulement les femmes enceintes, mais toute femme qui met des crèmes. »

Parabènes : Ce sont des conservateurs très courants dans les produits cosmétiques tels que le maquillage, les crèmes hydratantes, les gammes capillaires et de rasage. Sur les étiquettes, ils apparaissent, généralement en anglais, sous la forme de méthylparaben, propylparaben, butylparaben ou benzylparaben.

« Il est conseillé aux femmes, enceintes ou non, de connaître les composants de tout produit entrant en contact avec leur peau. De cette manière, vous pouvez éviter les problèmes à l’avenir »,

conclut Bermejo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *