Home (Français)


La puissance de l' »albatros »

Avec son envergure de plus de deux mètres, le nageur allemand Michael Gross a gagné le surnom d' »albatros », qui lui a surtout permis de remporter trois ors olympiques, cinq titres mondiaux, 13 titres européens et 12 meilleurs temps.

La carrière internationale de l’Allemand de l’Ouest avait commencé à l’âge de 17 ans, avec une victoire dans le 200 m papillon aux championnats d’Europe.

Gross allait ensuite s’entraîner intensément, mais pas au point de sacrifier ses études de journalisme. Malgré les ouvertures reçues, il refusera d’aller aux États-Unis car il n’est pas d’accord avec les méthodes d’entraînement draconiennes des universités américaines.

Son premier record du monde individuel sera le 200 m nage libre (1:48,28), l’année 1983.

Lorsqu’il arrive aux Jeux de Los Angeles-1984, âgé de 20 ans, l’Allemand vient de battre à nouveau ce record (1:47,55) et l’abaissera encore en finale en s’imposant en 1 minute, 47 secondes et 44 centièmes.

Un autre record du monde qui tombera avec une victoire sera celui du 100 mètres papillon (53,08). Puis, sur sa distance préférée dans ce style, le 200 papillon, il s’éclipsera de la première place.

Un retour doux-amer

Après une année sans compétition, Gross se rend à Séoul avec l’objectif que la République fédérale d’Allemagne remporte le relais 4×200 mètres nage libre, bien que l’équipe échoue dans sa tentative. A la place, il décrochera cette fois l’or sur 200 m papillon.

Le nageur prendra deux congés sabbatiques, en 1989 et 1990, en raison d’un conflit avec sa fédération. Un temps qu’il mettra à profit pour obtenir ses diplômes.

Les championnats du monde de Perth en 1991 lui serviront à renouer avec la compétition. Mais son retour sera un semi-échec puisqu’il devra se contenter de deux médailles d’argent dans les 100 et 200 papillons et d’une médaille de bronze dans le relais 4×100 nage libre. Dans le même temps, son équipe remporte le relais 4×200 nage libre.

Peu après, Gross annonce sa retraite définitive à l’âge de 27 ans pour entamer une carrière de journaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *