Il n’y a pas de place pour le racisme et la discrimination à Médecins Sans Frontières

La discrimination et le racisme, ainsi que l’iniquité, l’injustice, le manque de diversité et les barrières structurelles, définissent en partie la société qui nous entoure. A Médecins Sans Frontières (MSF) aussi, nous avons entendu des voix internes appelant à une plus grande détermination pour avancer sur ces questions. Le racisme et la discrimination n’ont pas leur place dans MSF. Par leur nature même, ils vont à l’encontre des valeurs fondatrices de notre organisation, mais nous reconnaissons que nous ne sommes pas encore là où nous voudrions être. Nous savons que ce problème se manifeste de différentes manières, des comportements individuels aux aspects plus systémiques, et qu’il affecte profondément de nombreuses personnes. Nous sommes déterminés à faire en sorte qu’il disparaisse de notre organisation et nous ferons tout ce qu’il faut pour l’éradiquer. Chez MSF, nous avons une tolérance zéro pour la discrimination et tout autre type d’abus.

Le débat interne sur l’existence de barrières et de pratiques néfastes qui nous empêchent encore d’être une organisation réellement inclusive et diverse est en cours et nécessaire pour accélérer ce changement. Il y a un alignement massif à tous les niveaux : nous devons en faire une priorité et créer un changement rapide. Nous croyons sans équivoque qu’en étant une organisation diversifiée en termes de sexe, de race, d’origine, de religion, de nationalité et d’orientation sexuelle, nous serons plus forts, plus justes et certainement mieux équipés pour relever les défis de l’avenir. Nous avons travaillé sans relâche dans ce sens et nous sommes fermement engagés à éliminer tous les obstacles et autres formes d’abus que nous identifions. Nous l’avons rendu très explicite dans nos  » Orientations stratégiques  » pour 2020-23, comme le reflète cet extrait :

 » Chaque personne de l’organisation se sentira accueillie et valorisée et aura les mêmes chances de se développer et de s’épanouir professionnellement et personnellement, grâce à un accès égal aux services, aux informations et aux opportunités. Nous nous engageons à mettre en place les mécanismes nécessaires pour surmonter les obstacles qui minent encore l’égalité, la mobilité interne et les politiques fondées sur le genre. »

Un défi constant

Mais ces actions ne commencent pas maintenant. Nous nous dirigeons vers une diversité globale dans notre organisation depuis plusieurs décennies. Par exemple, au cours des dernières années, nous avons augmenté le nombre d’employés dans les bureaux hors d’Europe. Principalement en Afrique occidentale et orientale et en Amérique latine, mais aussi en Asie occidentale et en Afrique du Nord. En outre, nous avons ouvert de plus en plus de postes clés dans ces bureaux, dans le but d’encourager le personnel non européen à accéder à des postes de direction, tout en le rapprochant de nos opérations sur le terrain, la raison d’être de notre organisation. À cet égard, trois de nos cinq cellules opérationnelles ont été délocalisées dans des bureaux régionaux dans ce que nous appelons le « Sud global », à Nairobi (Kenya), Amman (Jordanie) et Dakar (Sénégal).

La clé est aussi la formation. À cet égard, nous avons conçu une série de programmes pour les travailleurs de MSF dans le Sud, avec un accent particulier sur les femmes dans les pays africains. L’objectif de ces programmes est de garantir l’égalité des chances pour le personnel de MSF originaire de pays non occidentaux afin qu’il puisse évoluer au sein de l’organisation et atteindre des postes à responsabilité. En outre, nous avons augmenté l’offre et l’accès aux formations en ligne pour notre personnel recruté localement (plus de 90 % de nos équipes).

Toutes ces mesures ont permis d’augmenter le pourcentage de coordinateurs issus du  » Sud global  » de 24 % à 46 % au cours des 10 dernières années. Si nous nous référons uniquement aux projets de MSF Espagne – OCBA, ce pourcentage est de 50%. Cependant, nous sommes loin d’être là où nous voudrions être, mais nous prenons des mesures déterminées pour parvenir à plus de diversité dans notre personnel et pour la rendre réelle, où le racisme n’a pas sa place.

En ce sens, nous organisons des sessions de formation et des ateliers de sensibilisation à tous les niveaux de l’organisation sur la diversité, l’équité et l’inclusion. Dans toutes ces sessions, nous parlons de la discrimination sous toutes ses formes : le genre, l’orientation sexuelle, la religion et bien sûr le racisme comme forme de discrimination.

En outre, le personnel de MSF en charge du recrutement reçoit une formation spécifique sur le recrutement impartial et non biaisé. Nous avons également mis un accent spécifique sur la diversité au sein de nos équipes de recrutement, notamment dans nos bureaux régionaux dans différents pays.

Enfin, notre politique interne indique clairement que l’organisation s’engage à prévenir, identifier et traiter toutes les plaintes liées à la discrimination.

Notre engagement reste ferme

Pour que les mesures prises et les engagements pris envers nos employés restent fermement en place, nous avons créé une unité Diversité, égalité et inclusion (DII) liée à la direction générale et nous avons renforcé l’espace comportemental. Nous avons développé un outil de diagnostic complet pour détecter toutes les barrières et les pratiques néfastes qui existent encore au sein de l’organisation et nous lancerons bientôt un processus participatif pour nous assurer que nous les identifions de la manière la plus complète possible. Nous avons parcouru un long chemin depuis notre création et de nombreux progrès ont été réalisés. Nos équipes de coordination sur le terrain ont considérablement changé au cours de la dernière décennie, devenant beaucoup plus représentatives de la diversité de notre main-d’œuvre mondiale.
Cependant, nous manquons encore de cette diversité au siège et aux niveaux de direction et de partenariat. Certains obstacles ont déjà été identifiés et traités, d’autres sont en cours de traitement, mais il nous en reste encore beaucoup d’autres à traiter. Une fois que nous les aurons identifiés, nous serons déterminés à les supprimer et nous élaborerons des plans pour résoudre les problèmes qui ne peuvent pas être surmontés en changeant uniquement une politique.

Nous prenons des mesures déterminées pour améliorer les choses et à un rythme beaucoup plus rapide au cours de la prochaine période. Nous nous engageons également à mesurer les progrès et à rendre compte des résultats chaque année.

Nous encourageons chacun à contribuer librement au débat pour nous rendre plus forts. Les débats sur le racisme et toute autre forme de discrimination sont souvent émotionnels et suscitent des sentiments et des opinions forts. Cependant, nous ne devons pas laisser cela nous décourager de participer à ce processus sain.

Nous avons sans équivoque besoin que le changement se fasse plus rapidement. Avec la conviction collective, l’engagement et la volonté politique de lutter contre le racisme et les autres pratiques discriminatoires dans notre organisation, nous pouvons vraiment faire la différence et nous allons le faire.

Avec la conviction collective, l’engagement et la volonté politique de lutter contre le racisme et les autres pratiques discriminatoires dans notre organisation, nous pouvons vraiment faire la différence et nous allons le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *