Jean Maurice de Nassau

Peu après, il est nommé par Frédéric Henri pour commander la cavalerie de l’armée hollandaise, et participe aux campagnes de 1645 et 1646. Après la signature de la paix de Münster, qui mettait fin à la guerre de Quatre-vingts ans, il accepta de l’électeur de Brandebourg le poste de gouverneur de Clèves, Mark et Ravensberg, et plus tard aussi de Minden. Son administration en Rhénanie est aussi efficace qu’au Brésil, démontrant ses dons de souverain.

À la fin de l’année 1652, il est nommé grand maître de l’ordre de Saint-Jean du bailliage de Brandebourg et prince de l’Empire. En 1664, il retourne en Hollande ; lorsque l’évêque de Münster Bernhard von Galen attaque la Hollande, déclenchant le début de la deuxième guerre anglo-hollandaise, John Maurice est nommé commandant en chef des forces terrestres néerlandaises. Malgré les restrictions imposées par les États généraux, Jean Maurice repousse l’invasion, et l’évêque est contraint de négocier la paix. En 1673, le Stadtholder Guillaume III d’Orange lui confie le commandement des forces en Frise et en Groningue et la défense de la frontière orientale des Provinces-Unies.

En 1675, il se retire du service militaire et passe les dernières années de sa vie à Clèves, où il meurt en 1679.

  • Données : Q321492

  • Commonscat

Multimédia : Jean Maurice, prince de Nassau-Siegen

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *