La bonne nutrition pour les coureurs de fond et de demi-fond

La clé du travail de préparation est d’englober le plus grand nombre possible d’éléments impliqués dans le processus de préparation. La plupart des athlètes ont des entraîneurs qui planifient leur entraînement pour eux.

Ce n’est pas une préparation, dans laquelle, interviennent de la gestion des « facteurs émotionnels » de l’athlète à la variable « récupération » comme un élément clé du processus. Sans récupération, il n’y a pas de performance.

Les principales directives pour les coureurs de fond court et moyen

Pendant la majeure partie de la saison, il est très important de réaliser une alimentation variée avec des recommandations axées sur la santé de l’athlète, car un athlète malade et carencé sera difficilement performant. À l’approche de la période pré-compétitive et compétitive, le régime est directement axé sur la réduction du pourcentage de graisse corporelle de l’athlète, car avec un poids corporel plus faible, ses performances seront plus élevées.

Pour ce faire, réduisez les macronutriments énergétiques tels que les graisses totales moins les acides gras essentiels et les glucides réduisez surtout les glucides simples à index glycémique élevé.

Quelle est la différence entre les coureurs de 400m ou 800m et les coureurs de moyenne distance comme un 10km ou un semi-marathon ?

La grande différence lors de la préparation d’une course de 400, 800, 10km ou 21km sont les voies énergétiques et les exigences physiologiques qui vont demander à l’athlète qui test dans l’effort maximum. Pour une course de 400 m, la contribution aérobie est d’environ 43 %, tandis que la contribution anaérobie est d’environ 57 %. Dans une course de 800 m, la contribution aérobie est d’environ 66 %, tandis que la contribution anaérobie est de 34 %. Pour les courses de 10 km, la contribution aérobie est de 95 % et pour un semi-marathon, la contribution aérobie est de 99 %.

Recommandations nutritionnelles pour un athlète qui ne concourt pas à un niveau professionnel

Quelqu’un qui travaille la journée, a une famille etc. mais qui en même temps a une charge importante en termes d’entraînement. Un pourcentage élevé d’athlètes amateurs soumettent leur corps à un effort maximal. Par conséquent, bien que leur niveau de performance ne soit pas élevé, leur niveau d’effort est très similaire à celui d’un athlète de haut niveau. Il faut dire que les compléments alimentaires complètent l’alimentation, ils ne la remplacent jamais. L’apport quotidien d’un complexe complet de vitamines et de minéraux est très important, car il est très facile de présenter des carences en micronutriments.

Pour l’athlète amateur est fortement recommandé, en plus du complexe vitamino-minéral, la prise après l’entraînement d’un complément nutritionnel contenant des glucides, des protéines et de la créatine récupérant plus rapidement les réserves de glycogène, la phosphocréatine et la réparation des fibres musculaires, accélérant la récupération de 3-5 heures par rapport à celle qui serait obtenue avec de la nourriture, en raison de la durée du processus digestif.

Une meilleure alimentation et l’utilisation correcte des suppléments peuvent réduire ou prévenir les blessures

Lorsqu’il s’agit de réduire ou de prévenir les blessures dites que le corps a besoin d’eau, d’oxygène, de nourriture et de repos pour vivre et se régénérer. L’essentiel est que le sportif réponde à ses besoins nutritionnels tant par une alimentation variée et équilibrée que par les compléments alimentaires nécessaires et un repos adéquat, permettant à l’ensemble du corps de fonctionner et de se régénérer en permanence. La prévention étant la meilleure stratégie.

Un vieil adage dit :  » La santé n’est pas tout mais sans elle, tout le reste n’est rien « , un entraînement adéquat, une alimentation adaptée aux besoins individuels et une supplémentation en fonction des besoins physiologiques favoriseront le fait d’avoir un meilleur état de santé et de meilleures performances, puisque l’entraînement comme la compétition de 400 et 800 mètres ont une forte composante anaérobie et donc catabolique-dégénérative.

Plus d’informations sur l’entraînement, la nutrition, la supplémentation et la récupération : www.active-8.es

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *