LA CELLULE


LA THÉORIE CELLULAIRE

De nos jours, il est totalement admis que tout être vivant provient d’un préexistant. Cependant, ce n’est qu’au XIXe siècle que ce principe a été atteint. Les idées religieuses et philosophiques précédentes soutenaient la génération spontanée, théorie qui affirme que la vie peut naître d’une matière inerte. Pour expliquer la vie, il y avait deux écoles de pensée. Les animistes et les vitalistes considéraient la vie comme la conséquence d’une force surnaturelle (l’âme ou la force vitale), capable d’animer des objets inertes. Les matérialistes considéraient la vie comme une simple propriété de la matière avec des lois déterminées. Le conflit a été résolu au XIXe siècle avec la proposition de la théorie cellulaire.

A. GÉNÉRATION SPONTANÉE

La génération spontanée est la théorie qui postule que la vie peut apparaître à partir de matière inerte. Les larves apparaissaient à partir de la chair, du bois ou des excréments en décomposition (Aristote). Paracelse (médecin du 16e siècle) pensait que les spermatozoïdes étaient des humunculi, des organismes miniatures qui n’avaient qu’à grandir pour devenir adultes… Francesco Redi, au XVIIe siècle, a démontré que les larves de la chair apparaissaient à partir d’œufs d’insectes. Lazaro Spallanzani, au XVIIe siècle, a fait de même avec les micro-organismes, sans toutefois pouvoir réfuter complètement la génération spontanée. Enfin, au XIXe siècle, Louis Pasteur a définitivement démontré l’impossibilité pour les micro-organismes de se développer autrement qu’à partir d’autres.

B. LA THÉORIE DES CELLULES

En raison de leur petite taille, la découverte et l’étude des cellules n’ont été possibles qu’avec la découverte du microscope au 17e siècle. L’invention du microscope, à la fois le microscope à une et à deux lentilles (ainsi que le télescope), est attribuée à Zacharias Janssen. Au cours de ce siècle, A. van Leewenhoek et Robert Hook ont fait les premières observations sur les cellules. Hook a obtenu son nom en observant des lames de liège contenant de nombreuses cellules, qu’il a appelées cellules. Au XIXe siècle, le botaniste Schleiden (1838) est arrivé à la conclusion que toutes les plantes sont constituées de cellules. À la même époque, Schawnn (1839), un zoologiste, est parvenu à la même conclusion chez les animaux. En combinant les résultats des deux, on a élaboré la théorie cellulaire, qui postule que.. : Tous les êtres vivants sont constitués d’une ou plusieurs cellules. Toutes les fonctions des êtres vivants sont assurées par des cellules. Cependant, la théorie n’était pas complète, puisque l’origine des cellules n’était pas comprise (Schawnn croyait à la génération spontanée), jusqu’en 1855, lorsque Virchow a ajouté un troisième principe : Omnis cellula e cellula (Toute cellule provient d’une cellule). Aujourd’hui, la théorie cellulaire est formulée comme suit : La cellule est l’unité anatomique, physiologique et génétique des êtres vivants. Unité anatomique : tous les êtres vivants sont constitués d’une ou plusieurs cellules. Unité physiologique : les fonctions vitales des êtres vivants s’effectuent dans les cellules. Unité génétique : toute cellule provient de la division d’une cellule précédente. La cellule contient l’information génétique nécessaire à son fonctionnement et à sa reproduction. Ces informations sont transmises de génération en génération.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *