La déclaration de procédure d’insolvabilité

Communément, on pense que la déclaration de procédure d’insolvabilité implique de condamner irrémédiablement une entreprise à sa liquidation et à sa disparition ; or, la procédure d’insolvabilité constitue en réalité un moyen légal de faire face efficacement aux problèmes d’insolvabilité que peut présenter une entreprise.
En effet, la procédure d’insolvabilité, dans sa phase de conciliation, a pour objectif essentiel de parvenir à la subsistance et à la viabilité de la société soumise à une procédure de cette nature, ce qui est obtenu par la souscription d’un accord avec ses créanciers, contrairement à ce qu’implique la déclaration de faillite, dont l’objectif est de parvenir à la vente de la société elle-même, de ses unités productives, ainsi que des biens et des droits qui la composent, dans le but de procéder au paiement de ses créanciers avec le produit obtenu de cette vente.
Une fois la procédure d’insolvabilité déclarée, à la demande du juge, l’Institut fédéral des spécialistes de l’insolvabilité commerciale, présidé par sa directrice générale, Gricelda Nieblas Aldana, nommera un conciliateur qui sera le spécialiste de l’insolvabilité dont l’objectif principal sera de faire en sorte que l’entreprise signe un accord avec ses créanciers pour le paiement de ses crédits, Cela mettrait fin à la procédure d’insolvabilité et respecterait l’objectif essentiel de la phase de conciliation, qui est la préservation de la société soumise à la procédure d’insolvabilité.
Aussi, avec la déclaration de la procédure d’insolvabilité, le juge ordonne à la société de mettre immédiatement à la disposition de l’Adjudicateur les livres, registres et autres documents inhérents à la société. En règle générale, l’adjudicateur ne prend pas en charge l’administration de la société, puisqu’elle continue de fonctionner normalement, mais désormais sous la supervision dudit spécialiste de l’insolvabilité ; toutefois, si l’adjudicateur estime que pour la protection de la masse, il est nécessaire de retirer le commerçant de l’administration de la société, il peut alors prendre en charge cette administration.
Un autre des effets les plus pertinents de la déclaration de faillite est l’ordre donné par le juge à l’entreprise de suspendre le paiement des dettes contractées avant la date à laquelle le jugement de faillite devient effectif, à l’exception de celles qui sont indispensables au fonctionnement ordinaire de l’entreprise.

Aussi, dès la déclaration de la procédure d’insolvabilité, le juge ordonne la suspension pendant la phase de conciliation de toute saisie ou mesure d’exécution sur les biens et droits de l’entreprise. Une date de rétroactivité est également établie, dont le but est de prolonger dans le temps les effets de la procédure d’insolvabilité afin de déterminer, le cas échéant, les éventuels actes de fraude à l’égard des créanciers que l’entreprise aurait commis.
De même, une fois la procédure d’insolvabilité déclarée, l’Adjudicateur doit engager la procédure de reconnaissance des crédits de l’entreprise, afin de déterminer le degré et la priorité qui correspondent aux créanciers quant au paiement de leurs crédits.
Enfin, le juge ordonne la publication du jugement d’insolvabilité au Journal officiel de la Fédération et dans l’un des journaux ayant la plus grande diffusion dans la localité où se trouve la procédure, ainsi que son inscription au registre public du commerce qui correspond au domicile de la société.
Comme je l’ai mentionné dans les contributions précédentes, la phase de conciliation aura une durée de 185 jours calendaires, comptés à partir de la date de publication du jugement d’insolvabilité dans le Journal officiel de la Fédération. Toutefois, cette période peut être prolongée à deux reprises, jusqu’à 90 jours civils chacune, de sorte que la durée de la phase de conciliation ne peut en aucun cas dépasser 365 jours civils.
Il est clair que la déclaration de la procédure d’insolvabilité n’implique pas la cessation des activités de l’entreprise, mais la détermination d’un statut juridique qui permet de faire face efficacement aux problèmes d’insolvabilité qu’elle peut présenter, afin d’obtenir sa viabilité et sa subsistance.
Twitter : @migearro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *