« La franc-maçonnerie est loin d’être une secte. Ce n’est même pas quelque chose d’obscur »

La maçonnerie est une inconnue pour une grande partie de la société. Elle a toujours été entourée d’un certain obscurantisme et de polémiques complotistes. Patricia Planas (Barcelone, 1968) est une psychologue et psychothérapeute qui combine son travail dans une clinique avec la direction de l’institution maçonnique féminine d’Espagne, composée exclusivement de femmes. Hier, elle a donné une conférence sur la franc-maçonnerie féminine à l’Antiguo Instituto.

-Qu’est-ce que la franc-maçonnerie ?

-La maçonnerie est un outil de transformation et de perfectionnement intégral de l’être humain qui utilise une méthode initiatique faisant appel à des symboles et des allégories.

-L’institution maçonnique est-elle une secte ?

-Pas du tout. Notre façon de penser est contre les sectes.

-Vous êtes conservateurs ?

-(Silence)

Nous avons une attitude libérale. Nous sommes des personnes libres de pensée, ouvertes d’esprit, avec un esprit critique de remise en question de tout ce qui est connu pour essayer de trouver notre propre vérité.

-Vous vous dissociez de toute forme de pensée religieuse et politique. Cependant, nombre de ses membres ont occupé des fonctions publiques importantes.

La maçonnerie en tant qu’institution n’a pas de couleur politique, mais respecte que chaque frère choisisse sa propre idéologie. Il y a un profond respect et nous croyons en la liberté de croyance.

– Quel terme vous convient le mieux : secret ou discrétion ?

-Il y a du secret dans le fait de ce qu’implique la pratique de la franc-maçonnerie. Je compare cela à expliquer le goût du chocolat à quelqu’un qui n’y a jamais goûté. Mais nous sommes surtout discrets. Nous n’aimons pas l’exhibitionnisme. Nous ne nous définissons pas comme des francs-maçons, mais nous sommes reconnus comme tels par les autres francs-maçons. En ce sens, nous sommes très discrets.

-D’après vous, à quoi est due la réputation obscurantiste de la franc-maçonnerie ?

Je suppose que les gens font le lien avec le secret dont nous parlions plus tôt. À certaines époques de l’histoire, la franc-maçonnerie a été persécutée et ses membres ont été tués, si bien qu’ils ont dû se cacher ou se dissimuler. Mais cela ne va pas plus loin.

-Quelle fonction la franc-maçonnerie remplit-elle pour la société ?

Basiquement, qu’à travers la transformation d’une personne, une certaine influence est générée dans son environnement et dans la société elle-même. Le franc-maçon est très intéressé par les questions sociales et la construction d’une société meilleure.

– Cela ne semble pas coïncider beaucoup avec l’idéologie de quelqu’un comme Franco, dont on dit qu’il était franc-maçon.

-Franco n’était pas franc-maçon. La rumeur veut qu’il ait essayé à plusieurs reprises de rejoindre l’institution, mais qu’il n’ait pas été accepté. Son père et son frère l’étaient.

-Quel rôle jouent les femmes dans l’institution maçonnique ?

-Je dirais qu’aujourd’hui c’est le même que celui des hommes. Une femme peut choisir librement de participer à une loge (association) mixte ou réservée aux femmes. En d’autres temps, les femmes maçonnes se sont battues pour l’égalité des sexes. Il y a encore du chemin à parcourir, et nous sommes dessus.

-Son statut philanthropique et avant-gardiste contraste avec une image traditionnelle où abondent les symboles ancestraux.

-Ce sont des symboles qui étaient utilisés dans la construction des cathédrales et des bâtiments civils à l’époque médiévale. Aujourd’hui, le franc-maçon construit un temple en son sein et utilise ces symboles comme des outils. Les francs-maçons sont des gens qui vivent au XXIe siècle et se battent pour des causes actuelles.

Dans son investiture, une phrase ressort : « Continuez à travailler pour l’utopie ». Apparemment, il manque beaucoup de sens en considérant l’utopique comme irréalisable.

C’est le cas. Il est inatteignable, mais nous, les Maçons, croyons que la construction d’un monde meilleur est possible, nous recherchons la perfection même si nous savons qu’elle est utopique. Nous ne croyons pas à la perfection, mais nous croyons à la perfectibilité, et c’est ce que nous recherchons.

-Corrigez-moi si je me trompe, mais le système par lequel vous élisez vos dirigeants ne semble pas entièrement démocratique. La franc-maçonnerie croit-elle en la démocratie comme forme de gouvernement ?

-Chaque institution maçonnique conduit le processus d’élection différemment. Pour moi, la nôtre est totalement démocratique, même si seuls les « grands maîtres » votent, car la franc-maçonnerie fonctionne par degrés. Bien sûr, nous croyons en la démocratie comme forme de gouvernement.

Sur le web et sur Facebook

-Quelles sont les questions qui préoccupent la Loge maçonnique féminine d’Espagne ?

L’égalité. Nous devons continuer à travailler pour atteindre la pleine égalité réelle. Nous sommes également préoccupés par la question des réfugiés, la violence de genre…

-Combien de femmes composent l’institution ici en Espagne ?

-A peu près 200. De plus, nous avons remarqué que la tranche d’âge diminue. Actuellement, nous sommes à une moyenne de 30 ans. Les jeunes femmes s’intéressent de plus en plus à la franc-maçonnerie.

-Que doit faire une personne extérieure pour entrer dans l’institution ?

-Avec internet, tout est beaucoup plus facile (rires). La première chose à faire est de nous contacter via notre site web ou notre page Facebook ou via un autre Mason que vous connaissez.

-Pouvez-vous avancer des projets dans lesquels vous êtes impliqués ?

-En ce moment, sur le plan social, nous travaillons avec la Fédération des femmes progressistes sur un projet très intéressant qu’elles ont pour rétablir le lien entre les mères qui ont été abusées et leurs enfants. Ensuite, chaque sœur collabore avec les associations qu’elle juge appropriées. Il y a beaucoup de liberté.

– Faut-il avoir un haut niveau culturel ou intellectuel pour être franc-maçon ?

Non. Pour être franc-maçon, il faut aimer lire et être curieux de connaître et de vous connaître. Il faut aimer penser, mais c’est quelque chose qui ne dépend pas du niveau intellectuel. En fait, dans notre association, nous avons tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *