Le gouverneur du Michigan promulgue la loi qui limite le pouvoir des syndicats

Le gouverneur du Michigan (USA), le républicain Rick Snyder, a promulgué aujourd’hui une loi d’État controversée qui élimine le paiement obligatoire des cotisations syndicales pour les travailleurs et, selon les critiques, limitera le pouvoir des syndicats et leur pouvoir de négociation.

Snyder a signé la loi controversée quelques heures seulement après son adoption par le Congrès de l’État, à majorité républicaine, et après une manifestation massive dans les rues de Lansing, la capitale du Michigan, contre la nouvelle règle.

Le Michigan, berceau de l’industrie automobile et symbole du pouvoir syndical aux États-Unis depuis des décennies, est devenu le 24e État du pays à adopter une telle loi, dite de « droit au travail ».

Selon les républicains, la nouvelle règle donnera aux travailleurs la « liberté » de payer ou non des cotisations syndicales et créera également plus d’emplois dans le Michigan.

En revanche, les opposants estiment que les politiciens conservateurs et les grands donateurs veulent diviser les syndicats et réduire leur capacité à mener des négociations collectives pour obtenir des améliorations salariales et d’autres avantages.

Le Michigan est le berceau du véhicule automobile américain et abrite un grand nombre d’usines de production automobile qui emploient environ 138 personnes.000 personnes, principalement représentées par le syndicat United Auto Workers (UAW), l’un des plus influents du pays.

Avec la signature de la loi par le gouverneur Snyder, le Michigan est le deuxième grand État industriel, après l’Indiana début 2012, à se rallier à des mesures vivement contestées par les syndicats et les militants des droits civiques.

Le président américain Barack Obama a défendu avec force les syndicats lundi lors d’un événement dans une usine automobile près de Détroit, dans le Michigan.

« Ce que nous ne devrions pas faire, c’est essayer d’éliminer vos droits de négocier pour de meilleurs salaires et conditions de travail », a déclaré Obama aux travailleurs de Daimler.

Selon Obama, « les lois sur le « droit au travail » ne concernent pas l’économie, elles concernent la politique, et (leurs promoteurs) ce qu’ils veulent, c’est vous donner le droit de travailler pour moins d’argent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *