Le mari de Mary Santpere se jette à la mer lors d’une traversée de Barcelone à Majorque

Francesc Pigrau, 74 ans, mari de l’actrice et comédienne Mary Santpere, s’est jeté à la mer au petit matin hier alors qu’il se rendait à Majorque à bord du bateau kangourou Ciudad de Badajoz. Des sources de la société Trasmediterránea, propriétaire du navire, ont évoqué la possibilité que Mme Pigrau ait décidé de se suicider, car elle a laissé une lettre manuscrite, dont elles ont évité de révéler le contenu, adressée au capitaine. L’opération de sauvetage, lancée immédiatement après qu’un passager et un membre d’équipage témoins de l’événement aient donné l’alerte, a été suspendue hier à midi sans résultat.

Selon les deux témoins, Pigrau s’est jeté à la mer par la zone arrière du navire à 1 heure.Les deux témoins ont immédiatement alerté la passerelle, d’où le capitaine du Ciudad de Badajoz, Lorenzo Morata, a ordonné la mise à l’eau d’un canot pneumatique. L’obscurité et le mauvais état de la mer – « il y avait des vagues d’une certaine taille », ont indiqué les porte-parole de Transmediterránea – ont rendu les tentatives de sauvetage difficiles.

« Dans ces circonstances et même avec les moyens appropriés – des projecteurs, entre autres – localiser une tête dans l’eau est presque impossible », ont-ils ajouté. Après une première inspection de la zone, « étant donné que la situation n’était pas comme se promener avec un bateau autour », ont souligné les sources informatives, les tâches de sauvetage ont continué à partir du navire lui-même.

À 4.25, « par ordre de l’autorité compétente », ont expliqué les sources de Trani Méditerranée, le Ciudad de Badajoz a abandonné les recherches, étant relevé par un patrouilleur de la Croix-Rouge de la mer, avec cinq membres d’équipage, qui a déménagé du port de Barcelone. Les recherches de la Croix-Rouge ont duré jusqu’à hier midi, heure à laquelle, selon les autorités de la marine, le sauvetage était terminé.

Signature avec initiales

Le Ciudad de Badajoz a accosté à Majorque à 11h45 hier. Son capitaine a signalé ce qui s’est passé au commandement de la marine des Baléares, qui a transféré l’affaire à la garde civile. Morata a également remis la lettre que, selon Transmediterránea, Pigrau avait laissée dans sa cabine avant de se jeter à la mer. Cependant, un passager de 15 ans, Xavier Cussó, a affirmé dans ses déclarations que la lettre lui avait été remise pour qu’il la transmette au capitaine. « Il m’a donné une enveloppe adressée au commandant avec le mot urgent », a expliqué Cussó. « Pendant que je lisais l’enveloppe, a-t-il ajouté, il a ouvert une porte qui ferme l’espace passagers et est parti vers l’arrière. Là, par un trou servant à passer les amarres, il s’est glissé et lorsque je me suis approché de lui pour lui dire de ne pas sauter, il s’est jeté à l’eau » Le manuscrit, difficile à lire en raison de l’écriture, était inexplicablement signé des initiales F.D.P., qui ont été identifiées comme celles du mari de Mary Santpere, rapporte Joan A. Calmari. Le contenu de la lettre, dans laquelle, apparemment, Pigrau, qui voyageait seul, explique les raisons de sa décision, n’a été divulgué ni par la compagnie maritime ni par la Guardia Civil.

Aucune des sources consultées hier n’a pu expliquer les raisons du voyage de Pigrau à Majorque. L’actrice avait récemment déclaré que son mari, ingénieur de profession, avec qui elle a deux enfants, souffrait de problèmes d’estomac et d’une grave dépression. Un porte-parole de la famille a confirmé hier que Pigrau souffrait ces derniers temps « d’une profonde crise dépressive ».

* Cet article est paru dans l’édition papier de 0027, 27 juillet 1987.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *