Le projet de taxe sur les bonbons et les sodas du Massachusetts est  » régressif et discriminatoire « , affirme la NCA

Les bonbons et les sodas sont actuellement considérés comme des aliments et sont exclus de la taxe sur les ventes de 6,25 % de l’État. Mais le représentant démocrate de l’État, Kay Khan, a proposé un projet de loi qui signifierait que les bonbons et les sodas ne sont pas considérés comme des aliments soumis à une exonération fiscale.

La proposition a été accueillie avec consternation par l’Association nationale des confiseurs (NCA), dont les membres comprennent Mars et Hershey.

NCA : Singer les bonbons

« Cette proposition de taxe est discriminatoire et régressive », a déclaré à ConfectioneryNews Christopher Gindlesperger, vice-président des affaires publiques et des communications de la National Confectioners Association (NCA).

« Il n’y a aucune raison de singulariser les bonbons par rapport à tout autre aliment. De nombreux produits de confiserie ont un profil nutritionnel similaire à celui d’autres produits alimentaires qui ne sont pas soumis à l’expansion proposée de la taxe de vente, notamment les biscuits, les gâteaux, les tartes, les crèmes glacées et autres produits de grignotage », a-t-elle déclaré.

Une taxe sur la santé pour freiner la consommation, selon les partisans

Les partisans du projet de loi font valoir qu’une taxe dissuaderait les enfants de manger des aliments perçus comme malsains et affirment que la proposition réduirait la consommation de sodas et de bonbons de 7 à 8 %, selon les tendances observées dans d’autres États.

Une enquête nationale sur l’obésité menée en 2014 au Mexique auprès de 1 500 adultes a révélé que 52 % des Mexicains avaient réduit leur consommation de boissons sucrées en 2014 après l’introduction d’une taxe sur les sodas l’année précédente.

Un rapport de la Commission européenne a indiqué l’an dernier que les taxes sur les aliments sucrés, salés ou gras entraînaient des réductions de la consommation, mais a prévenu que les consommateurs pouvaient simplement opter pour des produits moins chers.

L’argent récolté par la taxe proposée par le Massachusetts sur les bonbons et les sodas est destiné à aller à l’activité physique dans les écoles et les districts et au programme de prévention de l’obésité.

« L’éducation – pas les lois et les règlements’

Gindlesperger de la NCA a déclaré : « Si nous voulons être sérieux au sujet de l’obésité, cela commence par l’éducation, pas les lois et les règlements. Les taxes ne rendent pas les gens plus sains. Faire des choix intelligents et éclairés en matière de régime alimentaire et d’exercice physique, oui. »

Elle a déclaré que les consommateurs comprenaient que les sucreries étaient une friandise, ajoutant que la plupart des Américains apprécient les sucreries deux fois par semaine, avec une moyenne de 47 calories par jour provenant des articles de confiserie.

Gindlesperger a cité un sondage réalisé en 2014 par Rasmussen Reports, selon lequel 72 % des adultes américains interrogés s’opposaient à une taxe sur le sucre.

Plus tôt cette année, l’État du Connecticut a abandonné une proposition visant à collecter les bonbons dans le cadre d’un projet de loi sur la taxe sur le sucre. La proposition de loi n’inclut plus que les boissons gazeuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *