Les stimulants parmi les nouvelles drogues de synthèse

Laboratoire des drogues

Cette année, le Rapport mondial sur les drogues des Nations unies a nommé une nouvelle catégorie de drogues illicites en raison de la prolifération de nouvelles substances de cette catégorie. Ils l’ont appelée Nouvelles substances psychoactives, ou NPS. Ce sont les nouvelles drogues synthétiques qui arrivent sur le marché, les unes après les autres.

Les tests chimiques des substances déclarées comme étant l’une des drogues ci-dessus, en particulier l’ecstasy, ont montré qu’elles sont fréquemment falsifiées avec d’autres substances.

Le nombre et le type de synthétiques qui arrivent sur le marché illicite changent constamment. Certaines personnes aiment ces drogues parce que les tests de dépistage des drogues ne peuvent pas les suivre et que certaines d’entre elles sont encore en vente légale. Même les meilleurs tests de dépistage des drogues ne détectent qu’une fraction du nombre de synthétiques que l’on trouve dans les pilules que certains jeunes consomment. Vous ne pouvez pas compter sur un test de dépistage de drogues pour vous dire si votre enfant abuse d’une drogue de synthèse.

Voici quelques brèves informations sur ces autres substances et leurs dangers.

Substances nouvellement signalées

L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies a émis un avertissement au début de l’année 2014 concernant une nouvelle substance synthétique mortelle qui allait frapper les marchés européens et britanniques. Le D4-méthylaminorex et son dérivé le 4,4′-DMAR ont des effets similaires à ceux de la méthamphétamine. Alors que le D4-méthylaminorex figure sur les listes de drogues illégales en Europe et aux États-Unis, le 4,4′-DMAR ne l’était pas, début 2014.

En 2012, le 4,4′-DMAR a commencé à être vu sur le marché illicite au Danemark, en Finlande, en Hongrie, aux Pays-Bas, en Suède et au Royaume-Uni. En 2014, il avait causé 26 décès. Les personnes décédées manifestaient une agitation, une augmentation dangereuse de la température corporelle, des problèmes respiratoires, de la mousse à la bouche et un arrêt cardiaque. Cette drogue peut également être appelée 4-méthyl-euphoria, 4-méthyl-U4Euh, 4-M-4-MAR, 4,4-diméthylaminorex ou Serotoni.

Phénéthylamines

MDMA

On la retrouve dans une classe de stimulants appelés phénéthylamines. Ces stimulants ont également des effets hallucinogènes (provoquant des hallucinations).

Bromo-DragonFLY

Dragon Fly

Cette drogue a reçu ce surnom car la forme de la molécule ressemble à une libellule. La différence entre ce qui est considéré comme une dose « sûre » et une dose mortelle est très, très faible. Plusieurs décès sont survenus à la suite de la prise de ce médicament ou de médicaments similaires. Les effets indésirables de cette drogue comprennent une insuffisance hépatique, une insuffisance rénale et l’amputation des doigts et des orteils.

En plus d’être très puissants, les effets de cette drogue peuvent durer jusqu’à trois jours. La confusion, les problèmes cardiaques, les crises et les hallucinations en résultent souvent. Elle peut être vendue sous la forme d’une poudre blanche ou blanc cassé dans un petit sac en plastique, portant la mention « non destiné à un usage alimentaire, pharmaceutique, ménager ou cosmétique. »

Les autres formules de la phénéthylamine ne sont connues que par une désignation chiffre-lettre, par exemple :

2C-1, 2C-B, 2C-E, 2C-T-7, 2C-P.

Pipérazines

BZP

Le BZP appartient à une catégorie de médicaments appelés pipérazines. Le nom chimique de la BZP est 1-benzylpipérazine. Une autre drogue que l’on voit sur le marché illicite appartenant à cette catégorie est la TFMPP ou 1-(3-trifluorométhyl-phényl)pipérazine. Ces drogues sont souvent vendues sous blister ou peuvent apparaître dans des pilules vendues sous un autre nom. Les utilisateurs ressentent une augmentation du rythme cardiaque et de la pression sanguine. Les pupilles se dilatent. Ils ont chaud et froid, ont des douleurs d’estomac et des nausées, des maux de tête et des tremblements. Certaines personnes ont de graves crises d’épilepsie et d’autres ont des attaques de panique.

PMA/PMMA

Ce sont des drogues que l’on trouve surtout au Royaume-Uni. Elles sont chimiquement similaires à l’ecstasy ou à la méthamphétamine.

Leurs noms chimiques sont :

  • PMA : Para-méthoxyamphétamine
  • PMA : Para-méthoxyméthamphétamine

Ce sont des stimulants puissants qui provoquent une augmentation de l’énergie, de la température corporelle, de la pression sanguine et du rythme cardiaque. Ils peuvent provoquer des hallucinations, des convulsions et une détresse respiratoire. Certaines personnes ont reçu de la PMA ou de la PMMA alors qu’elles pensaient recevoir de l’ecstasy et sont mortes par la suite. Des dizaines de décès ont été associés à ces deux drogues.

Cathinones

Méphédrone

(principalement en dehors des États-Unis)

Surdose

Cette drogue fait partie d’une classe appelée cathinones. Elle est chimiquement similaire à l’amphétamine et produit une expérience similaire à celle de l’amphétamine, de la méthamphétamine, de l’ecstasy ou de la cocaïne. Les utilisateurs font état d’une euphorie et d’un sentiment de bien-être, de vigilance et de confiance. Les effets indésirables comprennent l’accélération du rythme cardiaque, une vision floue, une tension du visage et de la mâchoire, des doigts et d’autres extrémités bleus, des nausées, des vomissements et une compulsion à continuer de consommer malgré le danger. Certaines personnes souffrent d’hallucinations et d’insomnie. L’utilisation de la méphédrone a été associée à un certain nombre de décès, mais le rôle de cette drogue dans la cause de ces décès est incertain.

MDPV

Connu chimiquement sous le nom de 3,4 méthylènedioxypyrovalérone

C’est aussi une cathinone et a des effets similaires à ceux de la méphédrone, mais elle est beaucoup plus puissante que les autres drogues de cette classe.

Méthylone (bk-MDMA)

C’est l’un des produits chimiques qui peut être utilisé dans les « sels de bain » ou qui peut se trouver dans une pilule vendue comme Ecstasy. La consommation a été associée à la mort soudaine d’individus par ailleurs en bonne santé. Les usagers ont tendance à surchauffer, à avoir une vision floue et à perdre leur capacité à percevoir le temps avec précision. Ils peuvent grincer des dents, avoir des vertiges, être confus et souffrir d’hallucinations. Les utilisateurs rapportent parfois un sentiment d’empathie, similaire à celui de l’ecstasy.

®
Libérate de las Drogas. Para Siempre.
Encuentra Ayuda Ahora
LLAMA AL

Inscríbete de forma gratuita para recibir nuestro boletín de noticias por e-mail:

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *