L’obésité peut produire des anomalies dans le système lymphatique

Il existe des preuves scientifiques reliant les problèmes du système lymphatique à l’obésité, qui est un facteur de risque majeur pour le développement d’un lymphoedème secondaire, selon le Dr Isabel Forner, du service de médecine physique et de réadaptation, unité du lymphoedème, à l’hôpital Universitari i Politècnic La Fe, à Valence. Le lymphœdème est un type d’œdème qui se produit par une obstruction des canaux lymphatiques qui entraîne la disparition des reliefs sous-cutanés ou une augmentation du volume des bras et des jambes.

Il a été constaté que l’indice de masse corporelle d’une personne souffrant d’obésité peut être un facteur prédictif de l’apparition d’un lymphœdème, qu’il y ait ou non une lymphadénectomie (chirurgie d’ablation des ganglions lymphatiques pratiquée dans le traitement des tumeurs du sein), explique le Dr Forner, lors du XXIIIe Congrès national du chapitre espagnol de phlébologie et de lymphologie (CEFyL) de la Société espagnole d’angiologie et de chirurgie vasculaire, qui s’est tenu à Valence. Une personne sur trois souffrant d’obésité présente des anomalies lymphoscintigraphiques, indiquant un dysfonctionnement lymphatique.

L’obésité et le lymphœdème ont une relation réciproque : dans les deux maladies, il y a une prolifération et une hypertrophie des adipocytes, a déclaré le Dr Forner. On observe que les dépôts de graisse sont chroniquement enflammés et infiltrés par des macrophages et des lymphocytes. Ainsi, l’obésité peut diminuer la fonction lymphatique en raison de changements dans la lymphangiogenèse.

Comme l’obésité diminue la fonction lymphatique, indépendamment, les personnes obèses sont plus à risque de lymphœdème car elles ont une fonction lymphatique de base compromise, ont des réponses inflammatoires anormales qui affectent négativement le système lymphatique et montrent une capacité réduite à régénérer les vaisseaux lymphatiques endommagés, explique le Dr Forner.

Cependant, des études suggèrent que le contrôle de l’indice de masse corporelle et l’exercice physique peuvent inverser le processus, car ils ont montré des bénéfices démontrables dans la fonction lymphatique chez les personnes souffrant d’obésité, conclut le Dr Forner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *