Marie est-elle allée à Bethléem sur un âne ?

Catégories :Histoires de foi

Philip Kosloski – posté le 23/12/20

HOLIE, FAMILLE,BETHLEHEM

Les évangiles ne précisent pas si Marie et Joseph ont marché ou utilisé un âne pour se déplacer

Une image très courante de Marie et Joseph se rendant à Bethléem montre une Marie enceinte montée sur un âne, tandis que Joseph fait le trajet à pied.

Est-ce une représentation authentique de ce qui s’est réellement passé ? Marie a-t-elle voyagé à dos d’âne ?

Vous pourriez être intéressé par : L’histoire oubliée de la sage-femme de Marie

L’évangile omet ces détails, car à l’époque où il a été composé, tous savaient comment les gens voyageaient.

« Et chacun allait s’inscrire dans sa ville natale. Joseph, qui appartenait à la famille de David, quitta Nazareth, ville de Galilée, et se rendit à Bethléem de Judée, ville de David, pour se faire enregistrer auprès de Marie, sa femme, qui était enceinte. Pendant qu’ils étaient à Bethléem, le temps de devenir mère arriva ; et Marie donna naissance à son Fils premier-né » (Luc 2:3-7)

Il n’est pas fait mention d’un âne, d’un chameau ou de tout autre moyen de transport.

Où est née la tradition de l’âne

L’une des principales raisons pour lesquelles un âne est associé au récit de Noël est le Protoevangelium de Jacques, un ancien récit non biblique de la vie de Marie datant du IIe siècle.

« Et il arriva un édit de l’empereur Auguste, ordonnant que tous les habitants de Bethléem de Judée soient inscrits. Et Joseph a dit : « Je vais enregistrer mes enfants ». Mais que vais-je faire de cette fille, comment vais-je l’enregistrer ? comme ma femme ? J’en aurais honte. Et ma fille ? Mais tous les enfants d’Israël savent qu’elle ne l’est pas. Le jour du Seigneur sera comme le Seigneur le veut. Il sella son âne, y fit monter Marie, et son fils conduisit la bête par le licou, et Joseph les suivit. »

Ce récit de la naissance de Jésus montre saint Joseph comme un vieil homme qui a des enfants d’un précédent mariage. La scène montre Marie assise sur un âne, conduite par le fils de Joseph.

Il est possible que saint Joseph ait conduit Marie à Bethléem sur un âne. C’était un mode de déplacement courant à l’époque et les ânes étaient populaires auprès de toutes les classes sociales.

Vous pourriez être intéressé par : De Nazareth à Bethléem : le voyage épuisant de Marie et Joseph

Possibilité d’une caravane

Toutefois, la plupart des spécialistes bibliques modernes disent qu’il est plus probable que la Sainte Famille ait voyagé dans une caravane de personnes.

Chris Mueller, dans un article pour Ascension Press, brosse un tableau très différent :

Mary et Joseph n’ont pas été les seuls à faire le voyage. Il est probable que les routes entre les villes étaient bondées de voyageurs. Personne n’envisagerait de faire un tel voyage seul. Cela n’aurait pas été sûr, car le territoire entre les villes n’était pas gardé et les bandits auraient été un réel souci. Les gens voyageaient probablement en grandes caravanes pour des raisons de commodité et de sécurité. Marie et Joseph auraient été parmi la vaste migration de personnes. Cela a dû être un spectacle incroyable à voir.

Cette observation est également faite dans un article publié dans le Los Angeles Times.

Et « les bandits, les pirates du désert et les voleurs » étaient également des dangers courants le long des grandes routes commerciales comme celle que Joseph et Marie auraient empruntée, a déclaré le révérend Peter Vasko, un prêtre catholique et directeur de la Fondation de Terre Sainte… La menace des hors-la-loi obligeait souvent les voyageurs solitaires à se joindre aux caravanes commerciales pour se protéger.

Nous ne saurons peut-être jamais le mode de transport exact utilisé par Joseph et Marie, mais nous savons que les possibilités sont nombreuses. Ils auraient pu utiliser un âne, s’y rendre à pied ou voyager avec d’autres dans une caravane.

Quoi qu’il en soit, le voyage était ardu, et leur parcours nous encourage à suivre notre propre chemin spirituel vers la fête de Noël.

Vous pourriez être intéressé par : La vraie raison pour laquelle « il n’y a pas de place à l’auberge ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *