Martin Heinrich Klaproth

(Wernigerode, 1743 – Berlin, 1817) Chimiste allemand. Minéralogiste et pharmacien, il a découvert les éléments zirconium, uranium, titane et cérium. Il était professeur de chimie à l’université de Berlin et un grand propagateur des théories de Lavoisier en Allemagne.


Martin Klaproth

Martin Klaproth a travaillé comme pharmacien privé jusqu’en 1782, et pendant la période allant de cette année à 1787, il a été pharmacien assistant à l’Ober-Collegium Medicum de Berlin ; en 1787, il a commencé à enseigner la chimie à l’Académie d’artillerie, et en 1810, il a été nommé professeur de cette matière à l’Université de Berlin nouvellement créée.

Bien qu’il ait exercé une grande partie de sa vie en tant que pharmacien, il s’est consacré à des études et des recherches en chimie sous la direction de V. Rose. Il s’oppose à la tendance phlogistique, et est favorable au courant plus moderne initié par Lavoisier ; en effet, Klaproth est le premier en Allemagne à défendre les nouvelles conceptions antiphlogistiques de Lavoisier. C’est précisément dans le cadre de la controverse entre les deux opinions qu’il a effectué des recherches intensives dans le domaine de la chimie organique (sur les phénomènes de calcination des métaux et de combustion), avec des méthodes qui ont fait de lui le fondateur de la chimie analytique.

Il a également réalisé une série d’analyses de minéraux, et découvert de nombreux éléments, comme le strontium, le zirconium, l’uranium, le cérium et le titane ; il a également été le premier à étudier le tellure. Pour toutes ces raisons, à la fin de sa carrière, il peut être considéré comme le chimiste le plus illustre de l’Allemagne contemporaine.

La plus importante de ses œuvres est sans doute les Contributions à la connaissance chimique des corps minéraux (Beiträge zur chemischer Kenntnis der Mineralkörper), un ensemble de cinq volumes publiés à Berlin de 1793 à 1810, qui furent encore suivis en 1815 d’un sixième volume de Dissertations chimiques (Chemische Abhandlungen gemischten Inhalts). On doit également à Klaproth un Dictionnaire de chimie (Chemisches Wörterbuch, 1807-1810).

Comment citer cet article :
Ruiza, M., Fernández, T. et Tamaro, E. (2004) . Dans Biographies et Vies. L’encyclopédie biographique en ligne. Barcelone (Espagne). Récupéré de .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *