Médicaments ayant du latex et alternatives dans le guide pharmacothérapeutique

Communication brève

Médicaments ayant du latex et alternatives dans le guide pharmacothérapeutique

Médicaments ayant du latex et alternatives thérapeutiques dans la formule hospitalière

Rosa María Damas Fuentes1, Moisés Pérez León1, Marta Piñero González1, Nayra Sangil Monroy1, Rafael Molero Gómez1 et Pablo Domínguez Lantigua2

1Service de pharmacie. Hospital Universitario de Gran Canaria Doctor Negrín, Las Palmas de Gran Canaria.
2FCharmacien communautaire, Las Palmas de Gran Canaria. Espagne.

Adresse de correspondance

SUMMARY

Objectif : analyser la teneur en latex des médicaments du guide pharmacothérapeutique et établir des alternatives dans un hôpital de troisième niveau.
Méthode : Les médicaments susceptibles de contenir du latex dans leur matériau d’emballage ont été sélectionnés, des informations ont été demandées au laboratoire de fabrication et les alternatives possibles incluses dans le guide pharmacothérapeutique ont été recherchées.
Résultats : Sur les 618 spécialités sélectionnées, une information écrite a été obtenue auprès du laboratoire pour 605 (97,9%) et dans la fiche technique pour 8. Sur les 57 (9,2%) spécialités à risque chez les patients allergiques au latex, une alternative a été trouvée dans le guide pour 43,9%.
Conclusions : Le fait de connaître les spécialités avec latex augmente la sécurité de la prescription, tandis que la disponibilité d’un tableau d’équivalences thérapeutiques facilite la validation. Les données publiées actualisent les informations sur le contenu en latex des médicaments pour les patients et le personnel de santé, qui sont généralement rares et variables.

Mots clés : allergie au latex ; latex ; alternatives thérapeutiques ; free-latex.

ABSTRACT

Objectif : analyser le contenu en latex des médicaments de la liste des hôpitaux et établir les alternatives thérapeutiques possibles.
Méthodes : Tous les médicaments susceptibles d’avoir du latex ont été sélectionnés et des informations écrites ont été obtenues auprès des fabricants. Une alternative thérapeutique a été trouvée pour chacun d’entre eux, si possible.
Résultats : Des informations écrites du fabricant ont été obtenues pour 605 (97,9%) et des informations sur l’étiquette pour 8 des 632 médicaments sélectionnés. Pour 43,9% des médicaments non sûrs (total 57) sur des patients allergiques au latex, une alternative thérapeutique a été trouvée dans la liste des médicaments de l’hôpital.
Conclusions : La connaissance des médicaments contenant du latex améliore la sécurité de la prescription, tandis que le tableau des alternatives thérapeutiques facilite la validation. Les données publiées actualisent les informations rares et variables pour les patients et les professionnels de santé.

Mots clés : Allergie au latex ; Latex ; Alternatives thérapeutiques ; Sans latex.

Introducción

El látex natural es obtenido de la savia del árbol Hevea Brasiliensis y es ampliamente utilizado por sus características de flexibilidad, duración y resistencia que, unido a su reducido precio, la hace que forme parte de múltiples productos de uso doméstico y sanitario. Dans le latex naturel, 16 de ses 200 polypeptides ont été identifiés comme allergènes1. Le traitement industriel auquel est soumis le concentré de latex liquide permet de dénaturer partiellement les protéines antigéniques, réduisant mais n’éliminant pas leur capacité anaphylactique. Au cours de ce processus, le latex est mélangé à environ 200 composés chimiques différents2 dont des traces peuvent subsister dans le produit final.

L’hypersensibilité au latex la plus courante est de type I, elle est médiée par les IgE contre les protéines antigéniques du latex et peut se manifester par une rhinite, une urticaire, de l’asthme ou même un choc anaphylactique. Les réactions d’hypersensibilité de type IV sont dues à des traces de produits chimiques ajoutés au cours du processus de fabrication et se manifestent par des symptômes typiques de la dermatite de contact2.

Bien que la prévalence de l’allergie au latex soit faible dans la population générale, avec des pourcentages variant selon les sources entre 1 et 10%1,2, la présence d’IgE aux protéines du latex est estimée à un pourcentage plus élevé, entre 5,4 et 7,6%3,4, avec une augmentation chez les professionnels de santé (8,9%)5. En général, trois groupes se distinguent par une prévalence accrue : les patients soumis à des interventions chirurgicales répétées, tels que les enfants atteints de spina-bifida ou de chirurgies multiples (55-59 %)6, le personnel de santé (8-12 %)7 et les travailleurs de l’industrie du latex (18,75-43,75 %)8. On estime que le risque d’anaphylaxie peropératoire est 500 fois plus élevé dans ces trois groupes que dans la population générale. Dans une série française entre 2000 et 2005, il a été identifié comme la deuxième cause la plus fréquente (20%) de réactions d’hypersensibilité lors d’une anesthésie chirurgicale9 et comme la première cause de récidive d’anaphylaxie (0,9%) dans une série espagnole entre 1998 et 200510.

En milieu hospitalier, l’information sur le contenu en latex des médicaments n’est fréquemment pas disponible pour le médecin au moment de la prescription, ni pour l’infirmière au moment de l’administration, ce qui rend nécessaire une validation particulièrement attentive par le pharmacien chez les patients allergiques. De là découle la nécessité d’identifier les médicaments avec latex et d’élaborer un guide d’échange thérapeutique.

Objectifs

Identifier les médicaments présentant un risque potentiel chez les patients allergiques au latex parmi ceux figurant dans le guide pharmacothérapeutique (GFT) de l’hôpital et établir les alternatives thérapeutiques possibles.

Méthode

Parmi tous les médicaments disponibles dans le TPG de l’hôpital entre janvier et juin 2013, nous avons sélectionné ceux susceptibles de contenir du latex dans leur matériau d’emballage. Ils ont été regroupés par laboratoire de fabrication pharmaceutique et nous leur avons demandé par téléphone et/ou par e-mail s’ils disposaient d’un certificat free-latex pour tous leurs produits. En cas d’absence, une confirmation de l’absence de latex a été demandée pour chacune des spécialités. Seules les informations reçues par écrit ont été considérées comme valables pour le dépôt et, dans le cas contraire, les informations ont été obtenues à partir de la fiche technique.

Une feuille de collecte de données a été préparée dans Microsoft Excel® avec les éléments suivants : code national, nom commercial, forme pharmaceutique, principe actif, présence/absence de latex, localisation de la teneur en latex et informations supplémentaires.

Pour les médicaments considérés comme potentiellement dangereux chez les patients allergiques au latex (présence confirmée ou absence d’information), une recherche d’une alternative possible a été effectuée parmi les médicaments inclus dans le TPG de l’hôpital.

Résultats

Sur un total de 1908 spécialités incluses dans le GFT, 618 (32,4 %) ont été sélectionnées comme susceptibles de contenir du latex dans leur matériau d’emballage, ce qui se traduit par toutes les formes pharmaceutiques parentérales, à l’exception des ampoules, ainsi que les collyres et les inhalateurs. Des informations écrites ont été obtenues auprès du fabricant dans 605 (97,9%) et dans le reste, les informations ont été recherchées dans la fiche technique, laissant 9 spécialités sans information, elles ont donc été classées avec un risque potentiel chez les patients allergiques.

Globalement, 561 spécialités (90,8%) étaient exemptes de latex (annexe 1) et 57 (9,2%) ont été classées comme des spécialités à risque et à éviter chez les patients allergiques au latex (tableau 1). Sur les 57 spécialités, dans 43,9% une alternative possible sans latex a été trouvée dans le GFT (tableau 2), tandis que dans 56,1% aucune alternative n’a été trouvée ou aucun échange n’a été possible.

Discussion

Les alternatives pharmacothérapeutiques présentées sont des propositions et jamais un guide d’échange automatique, car elles doivent être convenues avec le médecin dans chaque cas car il ne s’agit pas toujours de médicaments strictement équivalents. L’inclusion de ces alternatives est l’une des principales nouveautés de cette étude par rapport à la bibliographie déjà publiée par d’autres hôpitaux11,12,13,14.

Le pourcentage de spécialités pour lesquelles nous avons reçu des informations écrites des laboratoires (97,9%) est supérieur à ceux obtenus précédemment par Ventura Cerdá et al (80%) et Jimenez Pulido et al (69%), un fait qui peut être justifié par l’avantage de l’utilisation du courrier électronique pour envoyer et recevoir des informations.

Sur la base des résultats publiés, on peut observer comment le nombre de spécialités contenant du latex dans leur matériau d’emballage a été réduit au cours de la dernière décennie, passant de 21% ou 35% publiés respectivement en 200111 et 200212, à des pourcentages plus faibles aujourd’hui comme 8,5% en 201214 ou les 9,2% obtenus dans notre travail en 2013. Cette réduction pourrait être liée à l’inclusion du latex comme excipient à déclaration obligatoire dans la circulaire 2/2008 de l’Agence espagnole des médicaments15, ainsi qu’à une plus grande sensibilisation au risque d’hypersensibilité au latex de la part des fabricants.

La principale limite de notre étude est d’avoir limité la recherche aux médicaments du GFT de notre hôpital, un fait qui réduit la validité externe lorsqu’on tente de l’exporter vers d’autres centres et que nous avons essayé de minimiser avec l’inclusion du code national de spécialité comme outil de détection des spécialités coïncidentes. Cependant, étant un hôpital de troisième niveau, le nombre de spécialités est élevé et peut être utile à d’autres centres ayant des caractéristiques similaires.

Une autre limite de la conception est que l’information obtenue est temporaire en juin 2013 et devrait être périodiquement mise à jour par des changements dans les présentations ou les processus de fabrication de l’emballage, qui n’impliquent pas nécessairement une modification de la fiche technique.

Avec ce travail, nous espérons faciliter la validation pharmaceutique et l’échange thérapeutique augmentant la sécurité chez les patients allergiques au latex et le personnel de santé. En outre, nous espérons que les informations publiées seront utiles à d’autres hôpitaux et montreront qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir dans la prévention de l’allergie au latex due aux médicaments.

Conflit d’intérêts

Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts qui pourrait affecter la rédaction de cet article.

Les résultats de ce travail ont été partiellement présentés sous forme de poster lors du 58e congrès de la Société espagnole de pharmacie hospitalière qui s’est tenu à Malaga en octobre 2013.

Bibliographie

1. Negro Álvarez JM, Miralles López JC, Pascual Camús A, López Sánchez JD, Pagán Alemán JA, García Sellés FJ et cols. Allergie au latex. 2002;34(2):28-35.

2. Gawchik SM. Allergie au latex. Mt Sinai J Med 2011;78(5):759-72.

3. Ownby DR, Ownby HE, McCullough J, Shafer AW. La prévalence des anticorps IgE anti-latex chez 1000 donneurs de sang volontaires. J Allergy Clin Immunol 1996;97(6):1188-92.

4. Saxon A, Ownby D, Huard T, Parsad R, Roth HD. Prévalence des IgE au latex de caoutchouc naturel chez les donneurs de sang non sélectionnés et caractéristiques de performance du test AlaSTAT. Annals of Allergy, Asthma & Immunology 2000;84(2):199-206.

5. Grzybowski M, Ownby DR, Peyser PA, Johnson CC, Schork MA. La prévalence des anticorps IgE anti-latex chez les infirmières diplômées. J Allergy Clin Immunol 1996;98(3):535-44.

6. Porri F, Pradal M, Lemiere C, Birnbaum J, Mege JL, Lanteaume A, Charpin D, Vervloet D, Camboulives J. Association between latex sensitization and repeated latex exposure in children. Anesthesiology 1997;86(3):599-602.

7. Toraason M, Sussman G, Biagini R, Meade J, Beezhold D, Germolec D. L’allergie au latex sur le lieu de travail. Toxicol Sci 2000;58(1):5-14.

8. Moghtaderi M, Farjadian S, Momeni Z, Najib K. Sensibilisation au latex naturel et fonction respiratoire chez les travailleurs des usines de gants en latex : une étude pilote. J Occup Environ Hyg 2012;9(10):D183-5.

9. Dong SW, Mertes PM, Petitpain N, Hasdenteufel F, Malinovsky JM. Hypersensitivity reactions during anesthesia. Résultats de la neuvième enquête française (2005-2007). Minerva Anesthesiol 2012;78(8):868-78.

10. Alonso MA, García MV, Hernández JE, Moro MM, Ezquerra PE, Ingelmo AR, Albelda CV. Récurrence de l’anaphylaxie dans une série espagnole. J Investig Allergol Clin Immunol 2013;23(6):383-91.

11. JM Ventura Cerdá, EM Fernández Villalba, M Alós Almiñana, M Vila Sánchez, A Bataller Vicent. Sélection des ressources pharmacothérapeutiques pour assurer un environnement péri-chirurgical sans latex. Farm hosp 2001;25(4):208-214.

12. I Jiménez Pulido, M González Delgado, A Navarro Ruiz, J Borrás Blasco, A Montesinos Ros, A Sansato Clement et al. Latex-containing drugs : a necessary information in the pharmacotherapeutic guide. Farm Hosp 2002;26(4):234-244.

13. Navarrete MA, Salas A, Palacios L, Marin JF, Quiralte J, Florido JF. Allergie au latex. Farm Hosp 2006;30(3):177-86.

14. Ribed Sáncez A, Giménez Manzorro A, Marquínez Alonso I, Yeste Gómez I, García Sánchez R, Sanjurjo Sáez M. Alerts in the electronic prescription of latex-containing drugs. Aten Farm 2012;14(5):337-42.

15. Agence espagnole des médicaments et des produits de santé. Circulaire 2/2008. Informations sur les excipients dans l’étiquetage, la notice et la fiche technique des médicaments à usage humain. 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *