Microsimulation : l’outil qui mesure l’effet des taxes

La Faculté d’économie a proposé une formation sur un outil utilisé dans les pays de l’Union européenne, d’Afrique et d’Amérique latine.

En accord avec l’Institut de recherche sociale et économique de l’Université d’Essex, la Faculté d’économie a proposé un cours sur l’utilisation d’EUROMOD, un outil utilisé dans l’Union européenne pour la microsimulation des effets des taxes et des transferts sur la distribution des revenus et la collecte des impôts.

Dans le cadre de la semaine de l’économie, des responsables d’entités publiques, des étudiants, des chercheurs et des personnes intéressées ont appris comment ce système peut réduire la désinformation qui entoure habituellement les réformes économiques, car il permet de voir l’effet que les politiques ont sur la répartition des revenus, la pauvreté et les finances publiques.

« La technique permet de surmonter les difficultés que la diversité et la représentativité de la population présentent dans l’analyse macroéconomique, puisque se concentrer sur les individus permet de comprendre la complexité de la politique, ses détails et ses interactions », a expliqué Federico Corredor, professeur de la faculté d’économie.

En plus des 28 pays européens, 6 pays d’Afrique et 6 d’Amérique latine, dont la Colombie, disposent de modèles implémentés dans le langage EUROMOD, ce qui permet des études comparatives entre pays développés et pays en développement et la recherche de meilleures politiques publiques.

C’est précisément le modèle d’impôts et de transferts pour la Colombie, COLMOD, implémenté dans le logiciel EUROMOD et basé sur l’enquête sur la qualité de vie du DANE, qui a été présenté aux participants.

Il a été utilisé dans des études sur l’effet des cotisations de sécurité sociale sur l’offre de travail formel et dans des analyses comparatives avec les systèmes de l’Équateur et d’autres pays d’Amérique latine. Le modèle est actuellement développé et mis à jour par des chercheurs de l’Externado School of Economics.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *