Peyote San Pedro (Mescaline)


Faits

  • Les plantes médicinales visionnaires comme le San Pedro peuvent être uniques en termes de vitesse et d’intensité.
  • En l’espace de quelques heures, nous pouvons ressentir des émotions, des dimensions et des êtres dont nous ne soupçonnions même pas l’existence.
  • La tendance en Occident est d’aborder les plantes ethnobotaniques avec la croyance que les bonnes intentions suffisent à garantir de bons résultats.
  • Cependant, on ignore souvent le fait que, d’une certaine manière, ces plantes ont leurs propres règles et que, sans une compréhension de ces règles, le voyage peut être semé d’embûches et de dangers. -Haute Existence

Il existe de nombreux cactus de plusieurs genres qui produisent de la mescaline et des phénéthylamines similaires en quantités variables. Les cactus ayant une histoire d’utilisation humaine comprennent le Peyotl (Lophophora williamsii), San Pedro (Trichocereus/Echinopsis pachanoi), Torche péruvienne (Trichocereus peruvianus/Echinopsis peruviana), Torche bolivienne (Trichocereus bridgesii/Echinopsis lageniformis), et Trichocereus/Echinopsis scopulicola. La mescaline est également présente à l’état de traces dans d’autres cactus communs. La concentration de mescaline et d’autres alcaloïdes varie considérablement entre les espèces et les plantes individuelles. Parmi les autres alcaloïdes présents dans les cactus psychédéliques, citons la 3,4-diméthoxyphénéthylamine, la 4-hydroxy-3-méthoxyphénéthylamine, la 3-hydroxy-4,5-diméthoxyphénéthylamine, la 4-hydroxy-3,5-diméthoxyphénéthylamine, l’anhalonidine, l’anhalinine, l’hordénine, la tyramine et la 3-méthoxytyramine. C’est dans la peau verte du cactus que se trouve la majorité des alcaloïdes psychoactifs. Psychonautwiki

Preuves scientifiques de l’efficacité médicinale

Troubles respiratoires (Oblitas E. Plantas medicinales de Bolivia. Editorial Los Amigos del Libro, La Paz ; 1992.)

Des problèmes de l’appareil urinaire (Mooney P. Aprovechando la Diversidad : Una Nota Sobre la Diversidad Biológica y el Conocimiento Indígena. América Indígena. 1993;3:41-55. (85)

Infections des organes féminins (Polia M. Las Lagunas de los Encantos – Medicina Tradicional Andina en el Peru septentrional. Lima, CePeSer ; 1988.)

Les affections du foie (Vazquez R. Plantas útiles de la Amazonia Peruana. Iquitos, Pérou ; 1989).

Les problèmes d’estomac (Soukup J. Vocabulario de los nombres vulgares de la flora peruana. Imp. Colegio Salesiano, Lima ; 1970)

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *