Redémarrage controversé des cours aux États-Unis avec des cas de contagion chez les élèves

Le retour des cours a commencé dans plusieurs États américains, notamment ceux où le coronavirus circule activement, obligeant parfois à imposer des quarantaines pour endiguer les foyers d’infection chez les élèves.

Aux États-Unis, la rentrée des classes – qui a lieu régulièrement au mois d’août – a été très différente cette année en raison du fléau de la pandémie de covid-19. De grandes villes comme Chicago, Houston, Los Angeles, Miami, ont décidé de commencer les cours virtuellement, tandis que d’autres ont donné le feu vert à la reprise des cours.

Le gouverneur de l’État de New York – épicentre de la propagation de la maladie au printemps nord – a annoncé vendredi 7 août 2020 que les écoles pourraient rouvrir en personne dans les zones où le taux de tests positifs est inférieur à 5%. Mais la ville de New York, qui a annoncé qu’elle envisageait un modèle hybride prévoyant entre un et trois jours de cours en face à face, n’a pas encore confirmé le format dont disposeront ses 1,1 million d’élèves lorsqu’ils reprendront le chemin de l’école en septembre.
D’autre part, les gouverneurs des États républicains insistent sur le fait que tous les élèves retournent à l’école, soutenant la ligne du président Donald Trump.
C’est le cas dans le Mississippi, la Géorgie, le Tennessee ou l’Indiana, où les écoles ont rouvert cette semaine ou la semaine dernière. Dans ces régions, l’épidémie s’est stabilisée depuis fin juillet ou début août, mais les niveaux de contagion restent élevés.

Le niveau de risque toléré par les autorités locales est beaucoup plus laxiste que les paramètres autorisés dans d’autres pays.

Cependant, au-delà du discours d’ouverture des Républicains, il existe des exceptions. Le gouverneur du Mississippi, Tate Reeves, a longtemps refusé d’adopter des restrictions et n’a rendu le masque obligatoire dans tout l’État que vendredi dernier. Mais il a reporté le début de l’année scolaire pour les lycées où il y a des foyers de pandémie.
Dans un cas, une centaine d’élèves ont été mis en quarantaine dans un lycée. Dans le comté où se trouve cette école, il y avait un taux de tests covid-19 positifs de 25 % et les services de soins intensifs sont surchargés, selon le site CovidActNow.
« Pour moi, c’est plutôt positif », le redémarrage, Reeves a déclaré sur la défensive sur Fox News le mercredi 5 août. « Le système fonctionne, nous avons identifié les cas positifs, nous avons trouvé leurs contacts et nous essayons de protéger ces enfants. »
Des quarantaines ou des fermetures d’écoles ont également été décidées dans l’Indiana et le Tennessee.
Aucune règle
Dans d’autres domaines, l’apprentissage à distance semble gagner du terrain parmi les préférences : deux tiers des Américains souhaitent un retour virtuel à l’école, selon un sondage NPR.
Les enseignants et leurs syndicats ont eux aussi fait pression sur les décideurs, craignant pour leur santé si la rentrée des classes est rendue obligatoire. Deux tiers d’entre eux préfèrent enseigner en ligne au mois d’août, selon un autre sondage NPR réalisé cette semaine.
Le débat est entaché par les jactances électorales. Trump a fait de la réouverture une priorité, mais la décision finale ne lui appartient pas.
La pression de la Maison Blanche a conduit les Centers for Disease Control (CDC) à publier des instructions clairement alignées sur la réouverture, citant les risques d’une augmentation des abandons dans les populations vulnérables.
Les pédiatres s’accordent sur l’intérêt de maintenir le système éducatif actif, mais avertissent que cela ne peut être accompli que si l’épidémie de covid-19 est sous contrôle au niveau local.
« L’exemple du Mississippi doit servir d’avertissement pour montrer ce qui se passe quand on rouvre avant que le niveau de transmission soit contenu », explique à l’AFP Thomas Tsai, de Harvard.
Pour l’expert, « tous les masques et filtres à air du monde ne pourront pas minimiser le risque si le covid explose autour des écoles. »
Cependant, le gouvernement fédéral s’est abstenu d’établir des critères quantifiés, en termes d’incidence du virus, pour guider les décideurs locaux.
Les États-Unis sont le pays le plus touché par la pandémie en termes absolus avec près de 160 000 décès et plus de 4,87 millions d’infections.

  • L’Amérique latine dépasse l’Europe en nombre de décès dus au covid-19, qui continue de progresser
  • Une ville espagnole de 32 000 habitants, confinée par le coronavirus
  • Deux écoles en Allemagne ferment quelques jours après le début des cours après avoir détecté des cas de covid-19
  • Les États-Unis lèvent leur recommandation d’éviter tout voyage à l’étranger par la pandémie

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *