Remise de la bourse Martha Peluffo : émotion, chaleur et solidarité

Ce mercredi 6, l’automne n’a pas réussi à se faufiler dans la salle du Conseil de la faculté d’ingénierie de l’Université de la République. Malgré le premier froid de l’année, il régnait une atmosphère de chaleur et d’émotion.

Deux familles -accompagnées d’autorités académiques, d’amis et de collègues- se sont réunies dans ce lieu pour participer à l’un des gestes les plus anciens et les plus caractéristiques de l’humanité : celui de donner et de recevoir, la solidarité dans son expression maximale.

D’un côté sont venus les enfants et petits-enfants de l’Eng. Martha Elena Peluffo Etchebarne de Jauge (accompagnée de sa famille et de ses amis), qui, en hommage à leur mère et grand-mère, ont fait un don de 12 000 dollars pour qu’une étudiante en ingénierie avancée puisse terminer ses études avec moins de difficultés économiques.

De l’autre, Gimena Bernadet Sebben – étudiante en ingénierie informatique et lauréate de la bourse « Ing. Martha Peluffo » – accompagnée de ses parents, sœurs, grand-mère et amis. Le Conseil d’honneur de la Fondation Ricaldoni (composé des anciens doyens Rafael Guarga, Ismael Piedra-Cueva, Hector Cancela et Maria Simon) l’a choisie comme bénéficiaire après un processus de sélection exhaustif au cours duquel les mérites de vingt-six autres jeunes femmes ont également été évalués.

La cérémonie de remise des bourses a duré une cinquantaine de minutes, pendant lesquelles María Simon (doyenne de la faculté d’ingénierie), Martha Jauge Peluffo (fille), Héctor Cancela (conseiller honoraire de la FJR), Gimena Bernadet et César Briozzo (vice-président de l’UTE) ont pris la parole.

María Simon : « L’Uruguay a besoin de beaucoup plus d’ingénieurs »

La doyenne de la faculté d’ingénierie a commencé son discours en remerciant toutes les jeunes femmes qui ont postulé à l’appel, en félicitant la lauréate et les proches « de la chère Martha » pour avoir « rappelé leur mère de la solidarité, avec joie et en regardant vers l’avenir ».

Elle a également souligné que cette bourse « stimule l’intérêt des filles et des jeunes femmes pour l’étude de l’ingénierie, ce que nous voulons encourager à la Faculté ». Le responsable de la faculté a rappelé qu’à la FING, les inscriptions féminines représentent 25 à 30% du corps étudiant, des chiffres qui contredisent les données générales de l’Université, où les femmes représentent 65% des étudiants.

Martha Jauge Peluffo : « Maman aurait choisi Gimena »

Visiblement émue, Martha Jauge a remercié la Faculté et la Fondation Ricaldoni d’avoir canalisé cette initiative familiale, tout en disant à Gimena : « Je suis sûre que maman t’aurait choisie. »

Sûrement émue, Martha Jauge a remercié la Faculté et la Fondation Ricaldoni d’avoir canalisé cette initiative familiale, tout en disant à Gimena : « Je suis sûre que maman t’aurait choisie.

Elle a ensuite expliqué les raisons qui ont conduit la famille à faire ce don important :  » nous avons pensé que la meilleure façon d’honorer la mémoire de maman était de parier sur la solidarité – une valeur qu’elle a pratiquée tout au long de sa vie – en reconnaissant les facilités qu’elle a eues dans la vie pour étudier et la Faculté qu’elle aimait tant.

Héctor Cancela : « Une joie et un double honneur »

À son tour, Cancela a souligné que pour le Conseil d’honneur de la Fondation Ricaldoni, c’était « une joie et un double honneur » d’avoir participé à l’évaluation des candidats qui ont répondu à l’appel. Elle a déclaré que cette bourse représente un hommage à l’ingénieure Martha Peluffo, « une personne qui a ouvert la voie aux femmes dans l’étude de l’ingénierie en Uruguay », tout en « apportant de la joie et la possibilité de soutenir une jeune étudiante pour terminer sa carrière ».

Elle a ensuite passé en revue le processus d’évaluation des candidats et a expliqué le choix de Gimena comme bénéficiaire : « elle a une très bonne scolarité et a présenté un plan de travail viable ». Enfin, il a mentionné certains aspects que la jeune femme a expliqués dans sa lettre de motivation : la volonté d’obtenir un diplôme afin de contribuer au pays, l’intérêt de terminer ses études avec excellence et l’importance qu’elle accorde au travail d’équipe.

Gimena Bernadet Sebben : « Merci de m’avoir permis de montrer qu’à la faculté d’ingénierie, c’est possible »

Gimena a commencé son discours par une phrase simple et pleine de sens : « La seule chose que j’ai à dire est : merci beaucoup. A la Faculté, au Conseil de la Fondation Ricaldoni, à ma famille et au groupe d’étude. »

La jeune femme a déclaré que l’aide financière est importante et qu’elle lui permettra de terminer son diplôme avec moins de difficultés. Cependant, a-t-elle souligné,  » ce que je dois surtout remercier pour cette bourse, c’est la possibilité de donner l’exemple, de montrer qu’à la Faculté d’ingénierie, on peut obtenir de bons résultats, il suffit d’être volontaire et de faire des efforts. « 

César Briozzo :  » l’exemple s’est répandu « 

Le vice-président de l’UTE, César Briozzo, a été le dernier intervenant et celui chargé de donner une nouvelle qui a mis la touche finale à la cérémonie. « L’UTE a décidé de s’associer à l’initiative de la bourse « Ing. Martha Elena Peluffo Etchebarne de Jauge » en fournissant une autre aide économique dont le nom, le montant et les conditions sont identiques à ceux de la famille Peluffo », a-t-il expliqué.

Briozzo a expliqué que la bourse s’inscrit dans l’une des lignes stratégiques de l’entité, qui est le  » développement avec équité « , tout en concluant :  » nous nous soucions de l’ingénierie parce que c’est une profession fondamentale pour notre travail et nous nous soucions de la contribution que les femmes peuvent apporter aux entreprises publiques de ce pays « .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *