Trump n’exclut pas de rencontrer Maduro : « J’y réfléchirais »

(CNN) – Le président américain Donald Trump a répondu que « peut-être j’y réfléchirais », lorsqu’on lui a demandé s’il rencontrerait le président vénézuélien remis en question, Nicolas Maduro, selon une interview qu’il a accordée au portail Axios.

« Peut-être que j’y réfléchirais… Maduro aimerait se réunir et je ne m’oppose jamais aux réunions, je m’oppose rarement à la réunion », a-t-il déclaré dans une interview qu’il a accordée vendredi aux médias numériques.

« Je dis toujours : vous perdez peu avec les réunions. Mais à ce stade, je les ai rejetés », a ajouté le président américain, selon la publication.

Ces déclarations pourraient soulever des doutes sur la position des États-Unis sur le Venezuela, puisque l’administration Trump a reconnu le président de l’Assemblée nationale du pays sud-américain, Juan Guaidó, comme président en charge et a pris des mesures contre le régime Maduro.

Le gouvernement du Venezuela n’a pas encore réagi au rapport d’Axios.

Trump a également déclaré qu’il « aurait pu continuer sa vie » sur la reconnaissance ou non de Guaidó comme président en exercice du Venezuela.

L’équipe de communication de Guaidó au Venezuela a déclaré dimanche à CNN qu’elle ne ferait aucun commentaire sur ce rapport d’Axios.

En mars, les États-Unis ont accusé Maduro et plusieurs de ses principaux responsables de narcoterrorisme et de corruption, et ont offert des récompenses d’un million de dollars pour toute information menant à leur capture.

Les États-Unis ont accusé le régime Maduro de violations généralisées des droits de l’homme, notamment d’exécutions extrajudiciaires, de torture, d’arrestations arbitraires et de détention de citoyens vénézuéliens.

Des membres du régime ont également été accusés par le passé de faciliter les opérations de trafic de drogue dans le pays.

Le gouvernement vénézuélien s’est défendu contre les accusations américaines, les qualifiant de « misérables, vulgaires et sans fondement » et qu’elles « tentent de minimiser la haute reconnaissance dont jouit le Venezuela dans la lutte contre le trafic de drogue pleinement démontrée dans différentes arènes multilatérales. »

*Collaboration à ce rapport de Marlon Sorto et Jorge Luis Pérez Valery.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *